Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2006

Le livre du rire et de l'oubli

medium_9782070378319.jpg"Nous sommes tous prisonniers d'une conception figée de ce qui est important et de ce qui ne l'est pas, nous fixons sur l'important des regards anxieux, pendant qu'en cachette, dans notre dos, l'insignifiant mène sa guerilla qui finira par changer subrepcitement le monde et va finir par nous sauter dessus par surprise."

[...] "Toute la vie de l'homme parmi ses semblables n'est rien d'autre qu'un combat pour s'emparer de l'oreille d'autrui."

"Nous écrivons des livres parce que nos enfants se désintéressent de nous. Nous nous adressons au monde anonyme parce que notre femme se bouche les oreilles quand nous lui parlons."

"Les femmes ne recherchent pas le bel homme. Les femmes recherchent l'homme qui a eu de belles femmes."

Comme dit un ami, toute personne peut se retrouver dans chacun des livres de Kundera.

Milan Kundera, Le livre du rire et de l'oubli, Gallimard, Folio n° 1831, 1987, 344 p. Traduit du tchèque par François Kérel. (Paru pour la première fois en 1978).

 

23/11/2006

Moins que zéro

medium_9782264010957.gif"Le psychiatre que je vois pendant les quatre semaines des vacances de Noël est jeune, barbu ; il conduit une 450 SL et possède une maison à Malibu. Je m'assois dans son cabinet de Westwood aux stores fermés, je garde mes lunettes noires, je fume des cigarettes, parfois au clou de girofle dans le seul but de l'agacer, et parfois je pleure. Je l'injurie aussi et il me renvoie les injures. Quand je lui dis que j'ai des fantasmes sexuels bizarres, je sens son attention croître notablement. J'éclate de rire sans raison, puis je me sens mal. Je lui mens parfois. Il me parle de sa maîtresse, des réparations en cours dans sa maison de Tahoe ; alors je ferme les yeux et allume une autre cigarette en grinçant des dents. Parfois je me lève tout simplement et je m'en vais."

"Il ne se passe jamais grand chose les jours de pluie. L'une de mes soeurs achète un poisson et le met dans le jacuzzi, mais le chlore et la chaleur de l'eau le tuent rapidement. Je reçois d'étranges coups de téléphone. D'habitude tard le soir, quelqu'un appelle mon numéro et quand je décroche, la personne à l'autre bout du fil ne dit strictement rien pendant trois bonnes minutes[...]."

Avant Les lois de l'attraction et American psycho, bienvenue dans l'univers littéraire de Bret Easton Ellis. Celui-ci n'a que vingt ans lorsqu'il publie Moins que zéro ("Less than zero" en anglais), son premier roman, considéré immédiatement comme un franc succès. Un roman sur Los Angeles, ville dure, impersonnelle, impitoyable, qui dévore et ravage. "On peut disparaître ici sans même s'en apercevoir", affirme Ellis. Un livre sur la jeunesse dorée et gâtée pourrie (jusqu'à la trame). Une jeunesse en mal de rêve, indolente, molassonne, qui s'ennuie, paumée et surtout complètement à la dérive. Un récit très fort.

Bret Easton Ellis, Moins que zéro, 10/18 Domaine Eranger, n° 1914, 2005, 250 p. Traduit de l'américain par Brice Matthieussent. Le roman a été publié pour la première fois en 1985.

18/11/2006

Pontesprit

medium_9782070316144.gifPetite annonce publiée dans tous les journaux importants du Nevada pendant la semaine du 4 au 11 mars 2052 :

MOUREZ EN GAGNANT DE L'ARGENT

On recherche : des autorisés au suicide

Si vous possédez un permis de suicide légal et si vous pouvez prouver votre bonne santé ainsi que votre équilibre mental, nous vous offrons l'occasion d'apporter votre contribution à la science tout en laissant un héritage important à vos héritiers. Le PROJET THANOS versera jusqu'à 10.000 dollars aux sujets agréés. La somme versée dépendra des résultats obtenus par le sujet à la suite d'une série de tests psychologiques. Le minimum sera de 2500 dollars. [...]

 

Dans la même lignée que La guerre éternelle, Joe Hadelman (déja présenté dans une note précédente) nous entraîne dans une nouvelle confrontation spatiale entre humains et individus venant de lointaines galaxies. Ces être dotés de facultés télépathiques tuent avec une rapidité inouïe, est-ce possible dès lors de pouvoir communiquer avec eux ?

Traitant implicitement du même thème - l'absurdité de la guerre - Pontesprit (Mindbridge en anglais) est moins marquant que le roman qui valut à l'auteur le Prix Hugo. Toutefois la complexité de la structure narrative du texte le rend d'autant plus intéressant.

Joe Haldeman, Pontesprit, Gallimard, Folio Science-Fiction, 2004, 297 p. Traduit de l'anglais par Bruno Martin. (la première version du roman est de 1976).

16/11/2006

Au coeur de l'echo

medium_9782207301449.gifEn 1986, le désarmement mondial est accompli, ou presque. Les armes nucléaires soviétiques sont stockées sur la lune, les américaines sur mars. Toutefois, les américains possèdent un atout non négligeable, le transmetteur de matière, inventé par le mathématicien polonais Panofsky. Cet engin permet de multiplier à volonté des êtres humains. Pour perpétrer un massacre de masse ?

Un seul mot : inoubliable. 

Né en 1940 à Des Moines (Iowa), Thomas M. Dish est un éminent écrivain américain de science-fiction. Très cynique, il se moque et porte un jugement sans appel sur l'humanité et ses tares. Dans Poussière de lune (Edition Denoël, Collection Présence du Futur, n° 172), son récit pousse jusqu'à l'horreur. Génocides et Camp de concentration sont également des chefs-d'oeuvre.

Thomas Michael Dish, Au coeur de l'echo, Denoël, Présence du Futur, n° 144, 224 p. 

 

11/11/2006

The Black Dahlia

medium_9782743615871.gifA l'occasion de la sortie en salle de "The Black Dahlia", réalisé par Brian De Palma, le roman de James Ellroy (écrit en 1987) a été reédité aux Editions Payot, Collection Rivages / Noir. Avant le film, parlons donc du livre : un roman très noir, à l'image de la vie de son auteur : drogue, alcool, dix années sans domicile fixe... Nous n'allons pas partir dans une biographie détaillée de l'auteur. Voir pour cela www.wikipedia.fr. En 1947, Elizabeth Short, surnommée "le Dahlia noir" et personnage réel est sauvagement assassinée à Los Angeles, le meurtrier ne sera jamais retrouvé. En 1948, la mère de J. Ellroy est assassinée. Idem, le tueur n'est pas appréhendé. Obsédé par ces deux crimes non résolus, l'auteur va exorciser son passé en écrivant ce chef d'oeuvre : "Le Dahlia noir, le film comme le roman, ne saurait exister sans l'histoire personnelle qui me lie inextricablement à deux femmes sauvagement assassinées à onze années d'intervalle. Deux femmes qui constituent le mythe central de mon exitence."  Et qui constituent la pierre angulaire de l'ensemble de l'oeuvre de l'écrivain.

Cet extrait est tiré de la post-face du livre (présente dans la collection citée plus haut), écrite par Ellroy lui-même. Post-face de 12 pages, explosive (c'est le moins que l'on puisse dire) et qui donne froid dans le dos. L'auteur y effectue une mise au point sur son roman, "sans compromis", selon ses propres dires. Il y parle également du film et du jeu des acteurs, ne tarissant pas d'éloges sur Josh Hartnett, personnage central (agent Bucky Bleichert) et narrateur du film. Cette mise en lumière d'Ellroy ? la lire et la relire autant de fois que l'on peut...

Pourquoi un meurtre à Los Angeles, ville "où on peut, affirme Bret Easton Ellis, disparaître [...] sans même s'en apercevoir" ? "C'est un univers [...] où le danger apparaît accidentel et où la corruption gagne sans cesse. C'est une ville champignon peuplée de désaxés psychiquement estropiés fuyant la Seconde Guerre mondiale. Là où prospèrent les démons." [...]

Le roman même : inventivité verbale crue et acide, admirez donc :  

[...] "J'ai un alibi, juste au cas où vous pensez que c'est moi. Un alibi comme du béton, plus serré qu'un con de pucelle. Pas moyen d'y mettre le doigt !"

"Le bar était une auge d'urinoir. Marines et matelots se masturbaient dedans tout en jouant à chasse-chagatte sur les nanas à poil, accroupies sur le bar. Les pompiers ça y allait à tout va sous les tables, sur l'avant de la pièce et face à l'estrade d'orchestre. Un mec en costume de Satan s'embourbait une femme grasse sur un matelas." [...]

[...] "Seule la nourriture que je mâchonnais m'empêcha d'éclater d'un rire tonitruant. Je songeais à la raclure de bidet complètement pourrie que j'allais me sauter un peu plus tard dans la soirée et à sa mère qui souriait bêtement de l'autre côté de la table."

James Ellroy, Le Dahlia noir (The Black Dahlia), Payot, Rivages/Noir, 2006, 505 p.

Un site dédié à l'oeuvre de l'auteur : http://www.edark.org/

09/11/2006

La mémoire dans la peau

medium_9782253031444.gifComment traquez-vous un homme lorsque lui-même vous traque ?

C'est ce que vous découvrirez en lisant ce roman d'espionnage haletant et génial. Près de Marseille, un homme grièvement blessé et inconscient est repêché. Sur l'île de Port-Noir, un médecin anglais, alcoolo à ses heures, le sauve. L'homme survit mais a perdu la mémoire, il ne se souvient de rien, même pas de son identité. Un seul indice : un microfilm implanté dans sa hanche et contenant un numéro de compte bancaire à Zurich. Départ donc pour la Suisse où il apprend qu'il se nomme Jason Bourne (le titre original du livre, en anglais, est The Bourne Identity), et où il découvre très vite qu'il est traqué par nombreux tueurs. Mais qui donc peut-il bien être ? et que signifie ce leitmotiv lancinant qui lui revient sans cesse : "Delta est pour Charlie et Charlie est pour Caïn" ? Il mène l'enquête, au péril de sa vie, passant par Paris et New York, pour décourvir qui il est.

Ecrit en 1980 par Robert Ludlum (1927-2001), le maître de l'espionnage, ce roman a obtenu le prix Mystère du meilleur roman étranger 1982. Le premier roman de l'auteur, L'héritage Scarlatti (The Scarlatti Inheritance, 1971) fut imédiatement un succès. R. Ludlum a écrit 26 romans d'espionnage et vendu 210 millions de livres. Son oeuvre est traduite dans 32 langues.

Le roman a inspiré la bande dessinée XIII, dessinée par William Vance, sur un scénario de Jean Van Hamme (scénariste également de Thorgal et Largo Winch).

La trilogie comporte 2 autres volets : La mort dans la peau (1987, The Bourne supremacy) et La vengeance dans la peau (1990, The Bourne ultimatum).

A l'écran, le livre est d'abord adapté par Roger Young en feuilleton télévisé (durée 3 heures), Richard Chamberlain incarnant Jason Bourne, puis en long-métrage, en 2002, par Doug Liman (Go). Jason Bourne est cette fois-ci incarné par l'excellent Matt Damon (Good will hunting, The talented Mr. Ripley, Ocean's 12, Syriana...). On retrouve dans le rôle de Marie, la compagne de Jason, Franka Potente (Run Lola run), et Chris Cooper dans le rôle d'Alexander Conklin.

Même si le feuilleton est beaucoup plus proche de l'histoire du roman, il demeure assez moyen, il faut dire qu'il est réalisé en 1988 et les moyens n'étaient pas encore au point (effets spéciaux). L'image n'est pas très bien évidemment, une scène d'amour très kitch, musique qui ne fait pas penser à un film d'espionnage... Et puis ça reste un produit prévu initialement pour la télévision. Le "Bourne identity" de 2002 chamboule complètement le livre. Normal, un polar de 600 pages ne peut être que difficilement transposable en film d'espionnage moderne. D'abord l'histoire se passe au XXIème siècle et non en 1980, ce qui veut dire déja que les téléphones portables existent. Le film de Doug Liman est très efficace, avec un suspense mené à un train d'enfer, pas le temps de refléchir, ni de respirer. Un peu linéaire mais cela permet de ne pas tomber dans une certaine complaisance avec le spectateur et d'éviter toute refléxion morale. Car dans le monde des espions, il n'y a pas de place pour l'ethique et les moindres hésitations d'ordre émotionnel.

Le 2ème volet, La mort dans la peau, est sorti en 2004, réalisé par Paul Greengrass (Bloody sunday, 2002). Moins bon que le précédent car cette fois-ci le suspense est bien moins maîtrisé et les coups de théâtre sont prévisibles. Bourne est toujours en quête de retrouver son identité. Pour cela il doit passer par Goa, Berlin et Moscou. Le 3ème volet, La vengeance dans la peau, toujours avec Matt Damon alias Bourne, est prévu pour 2007. La réalisation devrait être confiée à Paul Greengrass.

Robert Ludlum, La mémoire dans la peau, Lgf, 1983, 667 p.

27/10/2006

The Forever War

medium_ff0060510862.01._SCTZZZZZZZ_.jpg1997, un astronef terrien est abattu par un vaisseau Tauran dans la constellation du Taureau. C'est le prélude d'une guerre totale. La Terre envoie un contingent d'élite pour combattre l'ennemi. Mais avant cela, les "surdoués" devront subir un entraînement  inhumain, auquel nombreux ne survivront pas. William Mandella fait partie des plus résistants, il va être de toutes les campagnes militaires, et survit à cette guerre qui n'en finit pas. Mais il n'est pas au bout de ses peines. Sans le savoir, il va franchir des portes de distortion spatio-temporelles, des centaines d'années s'écoulent...

Ce livre très bien écrit et passionnant (et un joli happy-end) est considéré comme l'une des oeuvres de science-fiction les plus réussies. Il obtint d'ailleurs le prix Hugo, en 1976 (Hugo Award ou Science Fiction Achievment Award), récompensant chaque année les meilleurs récits de science-fiction ou de fantasy publiés l'année précédente. Le nom de la récompense rend hommage à Hugo Gernsback, fondateur d'un des premiers magazines de science-fiction américain, Amazing Stories. Autre consécration : le prix Nebula (1975), décerné chaque année par la Science Fiction and Fantasy Writers of America à l'oeuvre de science-fiction jugée la plus novatrice.

L'auteur

A travers son roman, Joe Haldeman, un vétéran de la guerre, met en avant ses convictions : absurdité de la guerre, déshumanisation des soldats, manipulations psycho-mentales, comportement va-t-en guerre des politiques...

Né à Oklahoma City en 1943, il grandit dans plusieurs endroits (Nouvelle-Orléans, Washington D.C, Alaska...). Après des études d'astronomie, il part pour le Vietnam en 1967. A son retour il étudie les mathématiques et l'informatique de 1969 à 1970. Puis se coonsacre à l'écriture. Sa première nouvelle s'intitule War Year (1972). Puis on retrouve son expérience de guerre dans son roman, La guerre éternelle (1975), pour lequel il obtient un master en écriture de l'université  de l'Iowa. En 1977, il publie une anthologie, "La troisième guerre mondiale n'aura pas lieu" (Study war no more). En 1997, il donne une suite à "La guerre éternelle", La paix éternelle (Prix Hugo et Nebula), suivi de La liberté éternelle (1999). Cette trilogie sera adaptée en une bande dessinée de 3 volumes par Marvano (colorisée par Bruno Marchand sous le titre Libre à jamais, dans la collection FictionS, aux éditions Darguaud). En qui concerne La guerre éternelle, une série télévisée (USA) est en cours de production : The Forever War series. Le long-métrage Starship Troopers (Paul Verhoven, 1998) ressemble étrangement à l'histoire du roman de Haldeman, que l'on ne s'y trompe, c'est une adaptation du roman éponyme de Robert A. Heinlein, paru en 1959.

Joe Haldeman est également conseiller pour la National Space Society, membre du Space Studies Institue, et a été président de la Science Fiction and Fantasy Writers of America (1992-1994). Parmi ses autres romans connus : Pontesprit (Mindbridge, 1976), En mémoire de mes pêchés (All my sins remembered, 1977), Le vieil homme et son double (The Hewingway hoax, 1990), Camouflage (2004), War stories (2005)...

La guerre éternelle

Joe Haldeman, La guerre éternelle, J'ai Lu, SF, numéro 1769, 2001. (Le livre est paru pour la première fois en 1975). Titre original (en anglais) : THE FOREVER WAR.

Site officiel : http://www.home.earthlink.net/~haldeman/

Biblio en français : http://www.bdfi.net/auteurs/h/haldeman_joe.htm

25/10/2006

Spider

medium_9782070425693.gifPatrick McGrath nous entraîne dans le monde schizophrénique de Spider. Atmosphère glauque, ambiance morbide, brouillard permanent. De quoi déranger le lecteur et le scotcher en même temps à cette descente aux enfers.

Le livre est très bien écrit, les descriptions et les métaphores sont saisissantes. Extraits :

"Elle avait une certaine beauté, mais la vie et l'alcool auraient décoloré son visage, tué la lumière de son regard ; son teint était gris et cireux, son haleine fétide."

[...] " Il sirotait sa bière avec un sourire faux, cet homme aux gestes furtifs, cette fouine aux pattes sanglantes agitées de tremblements nerveux, cet animal nuisible, rusé, aux instincts lascifs et cruels."

[...] "Soudain, la masse houleuse se retourna maladroitement sur elle-même, comme une baleine athlétique, avec des rires rauques et des grognements étouffés. La tête blonde remonta. Tournée vers la fenêtre, elle se ballotait de haut en bas en gémissant comme si elle naviguait sur une mer agitée. Le vieux lit grinçait sous elle, comme les espars et les vergues d'un galion. Les grognements qu'elle poussait ressemblaient au sifflement du vent dans le hunier. Elle continuait son mouvement de balancier, le menton levé vers le plafond ou renfoncé sur sa poitrine, ses épais bras blancs la soutenant comme des colonnes" [...]

Eloge de la schizophrénie 

"Avec le temps, je mis au point mon système des deux têtes. J'utilisais le devant de mon cerveau dans mes rapports avec les autres habitants de la maison ; l'arrière quand j'étais seul. C'était là que logeait ma mère, pas devant. Je devins expert dans l'art de passer de l'avant à l'arrière et cela simplifia mon existence. Ma vraie vie se déroulait dans le compartiment arrière ; pour que tout y reste frais et vivace, il me fallait le cerveau avant comme protection, comme des tomates dans une serre. En bas, je parlais, mangeais, bougeais ; j'étais moi-même à leurs yeux. J'étais seul à savoir que ce "Je" n'était pas là, qu'ils ne voyaient que la serre. C'est derrière que j'étais, là où vivait Spider. Devant, j'étais Spider. La vie devint alors plus facile. Cela ne me gênait pas d'être un vilain garçon parce que je savais qu"il s'agissait en fait de Dennis. Quand mon père me faisait descendre à la cave à charbon, c'est Dennis qui appuyait sa tête contre la poutre et enroulait son petit doigt autour du clou rouillé. Spider, lui, était là-haut, dans sa chambre !"                                

Au cinéma, le roman a été adapaté en 2002 d'une main de maître par David Cronenberg (History of violence, Dead ringers, The fly, Crash, Existenz, The naked lunch...). L'excellent Ralph Fiennes y joue le rôle de Spider. Figurent également Gabriel Byrne (Miller's crossing) et Miranda Richardson.                              

Patrick McGrath, Spider, Gallimard, Folio n° 3772, 2002 (paru pour la première fois en 1990), 328 p.   Traduit de l'anglais par Martine Skopan.

24/10/2006

L'ignorance

medium_9782070306107.gifCe dernier livre en date de Milan Kundera (sorti en 2003) n'est pas son meilleur. Ca ne vaut pas par exemple L'immortalité ou L'insoutenable légèreté de l'être. Mais il y a au début un passage très intéressant, sur la notion de Nostalgie :

"Le retour, en grec, se dit nostos. Algos signifie souffrance. La nostalgie est donc la souffrance causé par le désir innasouvi de retourner. Pour cette notion fondamentale, la majorité des Européens peuvent utiliser un mot d'origine grecque (nostalgie, nostalgia) puis d'autres mots ayant leurs racines dans la langue nationale : anoranza, disent les Espagnols ; saudade disent les Portugais. Dans chaque langue, ces mots possèdent une nuance sémantique différente. Souvent, ils signifient seulement la tristesse causée par l'impossibilité de retour au pays. Mal du pays. Mal du chez-soi. Ce qui, en anglais, se dit : homesickness. Ou en allemand : Heinweh. En hollandais : heinwee. Mais c'est une réduction spatiale de cette grande notion. L'une des plus anciennes langues européennes, l'islandais, distingue bien deux termes : söknudur : nostalgie dans son sens général ; et heimfra : mal du pays. Les Tchèques, à côté du mot nostalgie pris du grec, ont pour cette notion leur propre substantif, stesk, et leur propre verbe ; la phrase d'amour tchèque la plus émouvante : styska se mi po tobe : j'ai la nostalgie de toi : je ne peux supporter la douleur de ton absence. En espagnol, anoranza vient du verbe anorar (avoir de la nostalgie) qui vient du catalan enyorar, dérivé, lui, du mot latin ignorare (ignorer).

Sous cet éclairage étymologique, la nostalgie apparaît comme la souffrance de l'ignorance. Tu es loin, et je sais pas ce que tu deviens. Mon pays est loin, et je ne sais pas ce qui s'y passe. Certaines langues ont quelques difficultés avec la nostalgie : les Français ne peuvent l'exprimer que par le substantif d'origine grecque et n'ont pas de verbe ; ils peuvent dire : je m'ennuye de toi mais le mot s'ennuyer est faible, froid, en tout cas trop léger pour un sentiment si grave. Les Allemands utilisent rarement le mot nostalgie dans sa forme grecque et préfèrent dire Sehnsucht : désir de ce qui est absent ; mais la Sehnsucht peut viser aussi bien ce qui a été que ce qui n'a jamais été (une nouvelle aventure) et elle n'implique donc pas nécessairement l'idée d'un nostos ; pour inclure dans la Sehnsucht l'obsession du retour, il faudrait ajouter un complément : Sehnsucht nach der Vergangenheit nach der verlorenen Kindheit, nach der ersten Liebe (désir du passé, de l'enfance perdue, du premier amour)."

Milan KUNDERA, L'ignorance, Folio, 2003, pp. 9-11.

19/10/2006

American psycho

medium_9782020253802.gifBret Easton Ellis est né à Los Angeles en 1964. Après des études littéraires à Bennington College, il s'installe à New York. Ses deux premiers romans, Moins que zéro, et Les lois de l'attraction ont connu un franc succès. Mais c'est son troisième roman, American psycho, "la bombe", qui l'a fait connaître du public. Ce livre, paru aux States en 1991, a fait scandale autant que la sortie de Taxi Driver (le célèbre film de Martin Scorsese) en 1976, ou celle de Clockwork Orange en 1971 (Stanley Kubrick).

Ellis a été classé, comme David Leavitt et Jay McInerney, parmi les nouveaux minimalistes. Certains le considèrent comme nihiliste, alors que lui-même se considère comme moraliste. Son éditeur Simon & Schuster lui avait versé une avance de 300.000 dollars pour écrire son livre. Mais la mise en circulation d'extraits du roman a provoqué un gros scandale. L'éditeur s'est donc retiré, ce qui a permis à la maison Vintage de saisir l'occasion et de l'éditer. Ire de l'opinion publique et des féministes, menaces de mort, ceci n'a pas empêché le livre d'être vendu à des milliers d'exemplaires aux USA. Il rencontra encore plus de succès à l'étranger, où il fut traduit dans 24 pays.

Pourquoi un tel choc ? une violence inouïe bien entendu mais c'est surtout le fait que le héros et monstre à la fois, Patrick Bateman, psychopate et tueur en série, est un exemple éclatant de réussite. Qui plus est, il demeure impunis.

Pas de commentaires sur l'ouvrage, quelques extraits : "Evelyn se tient devant le plan de travail en bois blond ; elle porte un chemisier Krizia de soie crème, une jupe de tweed rouille, Krizia aussi, et les mêmes ballerines d'Orsay que Courtney. Elle a attaché ses longs cheveux blonds en arrière, en un petit chignon  couture assez sévère, et m'accueille sans lever les yeux du plat ovale en inox de chez Wilton sur lequel elle a artistiquement disposé le sushi."

[...] "Tandis que j'embrasse et lèche son cou, elle fixe un regard passionné sur le récepteur grand écran Panasonic à télécommande et baisse le son. Je relève ma chemise Armani et pose sa main sur mon torse."

La meilleure adaptation au grand écran d'un roman de Bret Easton Ellis est assurément celle de : Les lois de l'attraction (Rules of attraction, 2001, Roger Avary). Celle de American psycho (Mary Harron, 2000, avec Christian Bale, très bon) est assez médiocre.

La bibliographie de Ellis : Moins que zéro (1985), Les lois de l'attraction (1987), American psycho (1991), The informers (1994, Zombies en français), Glamorama (1999), Luna Park (2005).

American psycho - Bret Easton Ellis. Editions du Seuil, 1985, 513 pages. Traduit de l'anglais par Alain Defossé.

Blog en anglais sur Bret Easton Ellis : http://www.notanexit.net/