Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2011

Futur intérieur

christopher priest,futur intérieurDans un monde post-moderne au bord de l'apocalypse, un groupe de scientifiques est projetté dans le futur dans le but de mettre en place une société utopique, dépourvue des grands maux que connaît la Terre (guerres, famines...). C'est le projet Wessex. Pour Julia Stretton, cette réalité alternative est devenue une réalité lui permettant de vivre pleinement sa vie. Mais tout bascule pour elle lorsque Paul Mason, un ex-amant, devenu patron de la boîte qui finance le projet, décide de la rejoindre dans ce monde virtuel où les identités des protagonistes ne sont pas nécessairement ce qu'elles sont dans le monde réel.

Consacré sur le tard, Christopher Priest est désormais considéré comme l'un des auteurs britanniques de science-fiction les plus originaux. Son thème de prédilection est la perception de la réalité ainsi que la confusion entre mondes parallèles. Cette caractéristique en fait le succésseur de Philip K. Dick, précurseur et spécialiste incontournable en la matière, dans la littérature SF. Le monde inverti (1974, Prix British Science Fiction), La Séparation (Prix British Science Fiction en 2002, Grand prix de l'imaginaire en 2002, et Prix Arthur C. Clarke en 2003), et Le Prestige (Prix World Fantasy du meilleur roman en 1996) sont ses oeuvres les plus marquantes. La dernière citée a été adaptée au cinéma en 2006 par le réalisateur américain Christopher Nolan. Avec J.G Ballard, Brian Aldiss et John Brunner, Priest fait partie de la vague britannique qui renouvella la science-fiction dans les années 70.

Christopher Priest, Futur intérieur, Gallimard, Folio SF, 2005, 330 p.

Titre original : A dream of Wessex (publié pour la première fois en 1977).

 

30/09/2011

L'homme dans le labyrinthe

robert silverberg,science-fiction,l'homme dans le labyrinthe,the man in the mazeDix années que Richard Muller vit à des millions de km de la Terre, sur la planète de Lemnos. Reclus dans le "labyrinthe" truffé de pièges mortels, il avait fui cette humanité qui ne voulait plus de lui. Dix ans auparavant, il avait été envoyé en mission sur la planète Bêta Hydri IV pour négocier avec ses habitants qui envisageaient d'envahir la Terre. Non seulement sa mission échoue mais en plus, son organisme est modifié. Entouré d'une sorte d'aura nauséabonde, il ne peut plus approcher qui que ce soit. Mais voilà que sans aucun scrupule, les Terriens envoient une expédition sur Lemnos afin de le convaincre de négocier avec une autre race d'extra-terrestres menaçant sérieusement leur planète...

Auteur culte de science-fiction, Robert Silverberg ne déroge pas à la règle dans ce roman psychologique où l'accent est mis sur le traitement de personnages complexes et torturés. L'isolation et l'aliénation sociale est également est thème récurrent chez cet auteur prolixe. Même s'il ne reçut pas de récompenses, ce roman est considéré comme l'une des oeuvres incontournables de la très longue liste de Silverberg, avec Le livre des crânes, Les monades urbaines, et L'oreille interne.

Robert Silverberg, L'homme dans le labyrinthe, Editions J'ai Lu, Collection Science-Fiction, 2003.

Titre original : The man in the maze (publié pour la première fois en 1969).

28/09/2011

L'oreille interne

9782070319374.jpgJuif new-yorkais, la quarantaine, David Selig estime être un raté. Il n'a pas d'amis, pas de vie sentimentale , n'a pas terminé ses études et occupe son temps à faire les devoirs des étudiants de fac. Bref, il estime ne pas avoir de vie. Pourtant, il possède un talent hors-pair : la télépathie. Las, ce don qui ne lui a jamais vraiment rendu service et l'a coupé du monde, est en train de disparaître. Paradoxalement, cette qualité est finalement son seul lien avec l'humanité. N'ayant aucune idée de ce qu'il lui arrivera lorsqu'il ne sera plus télépathe, il nous raconte sa misère existentielle.

Consacré par les critiques, ce roman est considéré comme le chef-d'oeuvre de Silverberg dont l'oeuvre est plus que prolixe. Mi-fiction, mi-récit autobiographique, cette oeuvre non-linéaire rompt avec les codes du genre. L'auteur a par exemple alterné la narration avec le "je" et le "il" (focalisation interne - focalisation zéro). Dans le même temps, l'écriture sérrée nous permet de vivre au plus près les tourments psychologiques du personnage principal (Selig). Et le tout est accompagné d'une dimension intellectuelle non négligeable puisque Selig présente en détail les dissertations de philosophie qu'il compose pour les étudiants. Bref, les fans de science-fiction décalée doivent absolument lire ce roman culte.

 

Robert Silverberg, L'oreille interne, Gallimard, Folio SF, 2007, 334 p.

Titre original : Dying inside (publié pour la première fois en 1972).

 

- Prix Nebula - 1972.

- Prix Hugo - 1973.

- Prix John Wood Campbell Memorial - 1973.

19/11/2010

Stauffenberg

18928478_1287635.jpgMais qui était donc Claus Schenk von Stauffenberg, celui qui amorça le fameux attentat raté contre Adolf Hitler le 20 juillet 1944 ? Pourquoi le personnage est-il si peu connu en France ? Spécialiste en histoire contemporaine, Jean-Louis Thiérot affirme qu'il n'avait pas "le charme angélique de Sophie Scholl" (1), qu'il n'était pas "un prolétaire comme Georg Elser" (2) ou qu'il n'avait rien à voir non plus "avec les forces de progrès de l'Orchestre rouge" (3). Antibolchévique, antidémocratique, aristocrate, conservateur, admirateur de la Prusse, fervent catholique, voilà autant d'épithètes qui rendent le personnage peu sympathique et qui expliquent mal la conjuration qu'il mit en place contre le système national-socialiste. Pourtant, il est le seul qui fut à deux doigts de supprimer Adolf Hitler.

Dans cet ouvrage critique, l'auteur revient sur le parcours exemplaire d'une figure centrale de la résistance allemande au nazisme. Cette biographie pertinente et objective, basée sur une bibliographie solide, nous permet de cerner le personnage Stauffenberg et surtout de comprendre la volte-face d'un "soldat" que rien, a priori, ne devait pousser à se rebeller contre le système. Le livre a obtenu le prix Christophe Robert de l'Association des écrivains combattants.

Jean-Louis Thiérot, Stauffenberg, Perrin, 2009, 310 pages.

 

Stauffenberg au cinéma : 

- C'est arrivé le 20 juillet (Georg Wilhelm Pabst, 1955).

- La nuit des généraux (Anatoli Litvak, 1967).

- Opération Walkyrie (Joe Baier, 2004).

- Walkyrie (Bryan Singer, 2008).

 

(1) Membre du cercle résistant de la Rose Blanche, Sophie Scholl et son frère Hans, furent exécutés en 1943 pour avoir distribué des tracts subversifs à l'université de Munich. Ils avaient respectivement 21 et 23 ans.

(2) Ce petit horloger de Stuttgart avait fait exploser en 1939 une bombe dans une brasserie de Munich. Malheureusement, Hitler avait quitté la place 12 minutes plus tôt.

(3) Dirigé par Leopold Trepper et chapeauté par l'URSS, ce groupe de résistance communiste fut décimé par la répression policière allemande à la fin de 1943.

19/09/2010

Samudaripen - Le génocide des Tsiganes

genere-miniature.aspx.gifSamudaripen en langue romani (celle des Roms) veut dire "génocide", celui des Roms durant la Seconde guerre mondiale. Entre 1939 et 1945, des centaines de milliers de Tsiganes furent exterminés par les nazis et leurs alliés. Or ce fait fut souvent oublié par l'historiographie et rares sont les ouvrages qui lui sont consacrés. Si le génocide des Juifs est reconnu, celui des Tsiganes ne l'a jamais été et si les premiers continuent de percevoir des réparations (symboliques, financières...), les Tsiganes n'ont jamais rien obtenu au titre de réparations.

Spécialiste des Tsiganes, Claire Auzias apporte un nouveau éclairage sur ce drame jamais reconnu. Et le constat est grave : les Tsiganes ont réellement été massacrés de manière organisée, comme groupe ethnique distinct. Le nombre de Roms exterminés durant la Seconde guerre mondiale est estimé à 200.000.

Claire Auzias, Samudaripen - Le génocide des Tsiganes, Paris, L'Esprit Frappeur, 1999, 204 p.

05/02/2009

Canaris

H4-5657.jpgWilhelm Canaris fut le célèbre patron de l'Abwehr, les services de renseignements de la Wehrmacht, de 1935 à 1944. Contrairement à la plupart des hauts dirigeants du IIIème Reich, il n'a jamais vraiment été clair de quoi relevait ce personnage ambigü. Résistant ? Chevronné ? Omnipotent ? Anti-nazi ? Incompétent ? Ce qui est certain, comme l'affirme l'auteur dans cet ouvrage, c'est qu'il s'est bâti autour de lui une légende faisant de lui un opposant ardent du régime nazi, ce qui a conduit à sa chute à partir de l'année 1944. Or était-il un farouche résistant au régime d'Adolf Hitler se demande l'auteur ? Grâce à des documents d'archives inédits, Heinz Hohne a dressé un portrait plus nuancé et surtout, une biographie fleuve (plus de 500 pages), des premiers pas de Canaris dans la marine prussienne, en passant par son rôle central dans le financement nazi des troupes franquistes en Espagne, jusqu'à sa direction des services de l'Abwehr et sa mise au pas.

Sans être un nazi, Canaris était d'abord convaincu du bien-fondé du national-socialisme et un inconditionnel de Hitler. Mais ensuite, une rupture s'opère. Véritable militaire, royaliste et nostalgique de l'ordre prussien, Canaris voyait d'un mauvais oeil les purges opérées dans l'armée (que Hitler ne supportait pas). Il s'éloigne définitivement du nazisme et prend contact avec les puissances alliées mais sans jamais vraiment s'impliquer dans une quelconque action subversive. En 1944, il part en disgrace, en raison de son action inneficace au sein des services de renseignements. Puis vint le fameux attentat raté contre Hitler du 20 juillet 1944. Les enquêteurs ratissent large et une dénonciation le cite comme conspirateur. Alors qu'il n'a pas participé au complot (1), Canaris est pourtant convaincu de trahison (2). Le 9 avril 1945, il est pendu au camp de concentration de Flossenburg. Après avoir lu cette biographie très documentée, nous pouvons tirer le constat suivant : pas vraiment nazi ni véritable résistant, Canaris était avant tout fidèle à son pays et lorsqu'il s'est rendu à l'évidence que celui-ci était perdu, il s'est résolu à tenter prudemment de trouver une autre issue. Il avait des plans mais ne les a jamais vraiment amorcés. Nous ne saurons jamais vraiment si ce fut par manque de conviction, lacheté, prudence ou tout simplement faute de moyens.

En 1996, Wilhelm Canaris (ainsi que d'autres résistants au IIIème Reich) est réhabilité à titre posthume par la justice allemande.

Heinz Hohne, Canaris - La véritable histoire du chef des renseignemments militaires du IIIème Reich, Paris, Balland, 1981, 579 p.

(1) Tenu au courant du complot, Canaris ne voulait pas y participer, n'appréciant guère les instigateurs (les considérant comme des amateurs), notamment Stauffenberg qu'il jugeait trop "gauchisant". L'ironie fut que Canaris fut justement liquidé en raison d'une prétendue participation au complot.

(2) Des documents découverts dans son coffre-fort attestaient d'une activité plus ou moins subversive.

28/11/2008

Heydrich - Prague. 27 mai 1942

U3G5M.jpgSi nous ne montrons pas la couverture de ce livre, c'est qu'il n'a pas été réédité (il remonte à 1978) et n'est disponible que dans des librairies de livres anciens (ou sur internet). Reinhard Heydrich fut un des dignitaires nazis les plus cruels. Chef du SD puis du RSHA (1), bras droit de Heinrich Himmler, il est nommé Protecteur de Bohême-Moravie en 1941 (en remplacement de Konstantin von Neurath jugé peu efficace). Il fut également le créateur des tristement célèbres Einsatzgruppen, ces groupes d'intervention de la SS, chargés d'exterminer en territoire conquis les élites soviétiques et polonaises mais également Juifs, Tziganes et handicapés. En 1942, il présida la Conférence de Wannsee. "L'archange du mal" était considéré avec Hitler et Himmler comme le plus féroce des nazis. C'est ainsi que la résistance tchèque extérieure (basée à Londres) décide qu'il faut l'éliminer. Fin décembre 1941, deux résistants tchèques, entraînés en Angleterre, Jan Kubis et Josef Gabcik, sont parachutés non loin de Pilsen, en République Tchèque actuelle. Ce livre retrace donc leur mission périlleuse. Prendre leurs repères, gagner la confiance de la résistance tchèque interieure, et surtout parvenir à atteindre celui qui était tout de même le nazi n°1 en Tchécoslovaquie et préssenti selon certains comme le succésseur de Hitler (2).

Après la réussite de l'"Opération Anthropoïde" (touché le 27 mai par le jet d'une grenade, Heydrich décède à l'hopitâl le 4 juin 1942), les nazis lancèrent une vaste opération de représailles. Le 10 juin 1942, le village de Lidice fut effacé de la carte et ses habitants massacrés. Quant aux membres du commando, ils furent encerclés par la Gestapo le 18 juin (suite à une trahison) et se réfugièrent dans la cathédrale Cyrille-et-Méthode. La bataille mena à la mort de certains et au suicide des autres. Les 7 héros périrent.     

"La logique de la terreur , son ressort secret, c'est d'exterminer non des coupables mais des innocents - et de les exterminer collectivement. A court terme, l'hystérie collective a toujours valeur d'exemple."

"Il y a deux sortes de crimes parfaits : ceux qui sont camouflés en accident, en suicide ou encore en mort naturelle et ceux dont on ne réussit pas à retrouver l'auteur ou les auteurs."

 

(1) Le SD (Sicherheitsdienst), créé par Heydrich en 1931, était le service de renseignement du NSDAP, le parit nazi. Quant au RSHA (Reichssicherheitshauptamt), "l'Office central de la sécurité du Reich", il fut créé en 1939 par Himmler et englobait le SD, la Gestapo et la Kriminalpolizei.

(2) Avant son vol mystérieux de mai 1941, qui le rendit prisonnier des Anglais, Rudolf Hess était considéré comme le dauphin de Hitler. En théorie, s'il arrivait quelque chos au Fuhrer, c'est Hermann Göring, n° 2 du régime, qui devait lui succéder. L'auteur affirme p. 121 que certains analystes considéraient que Heydrich était un succésseur potentiel.

François Broche, Heydrich - Prague. 27 mai 1942, Balland, coll. "Les grands crimes politiques", 1978, 216 p.

17/11/2008

Le massacre de Katyn

9782262026516.gifKatyn, 1940. Dans une forêt près de Smolensk en Biélorussie, plus de 4000 cadavres d'officiers polonais sont retrouvés, exécutés d'une balle dans la nuque. En tout, plus de 15.000 membres de l'intelligentsia polonaise seront exécutés par les autorités soviétiques qui devaient de se partager la Pologne avec l'Allemagne nazie. Celles-ci tentèrent d'imputer ce crime de guerre aux Nazis lors du procès de Nuremberg (1945) mais le dossier fut mis de côté car le réouvrir aurait conduit à dénoncer le pacte germano-soviétique de 1939. Ouvertes durant la perestroïka de Gorbatchev, les archives soviétiques permirent d'étayer la thèse selon laquelle le crime fut bien commis par le NKVD de Lavranti Béria. Simple crime de guerre (comme il furent nombreux) ? Pas du tout nous expliquera l'auteur. Le Massacre de Katyn faisait partie intégrante du nettoyage de classe opéré par le pouvoir soviétique afin d'asseoir une domination totale sur une malheureuse Pologne, rayée de la carte.. Son livre constitue la référence en matière de refléxion sur ce crime de l'histoire demeuré longtemps tabou historique.

Le massacre de Katyn vient d'être transposé au cinéma (Katyn, 2007), par le grand réalisateur polonais Andrzej Wajda, mais n'est pas encore sorti dans les salles françaises.

[...] "L'historiographie dans la seconde moitié du XXème siècle a souvent mené ses analyses sans s'arrêter sur le triste fait que les systèmes totalitaires de l'Axe avaient été détruits par une "alliance contre nature" entre les démocraties occidentales et un autre régime totalitaire, le régime stalinien. Cas emblématique de l'ambiguïté intrinsèque de cette approche, Katyn est un défi encore ouvert pour l'historiographie de la Seconde Guerre mondiale."

[...] "L'exécution des officiers polonais en avril 1940 ne peut être comprise que si on la considère comme un élément du processus général de "nettoyage de classe" auquel furent soumis les territoires polonais tombés sous la coupe soviétique."

"La documentation sur Katyn démontrait une rupture totale du parti-Etat soviétique avec une quelconque idée de droit, en particulier avec les principes du droit international, et la négation totale du concept de responsabilité subjective et de culpabilité individuelle."

Historien, Victor Zaslavsky est enseignant à Rome.

Victor Zaslavsky, Le massacre de Katyn, France, Perrin, 2007, 200 p. (Paru pour la première fois en 1998). Traduit de l'italien par Christine Vodovar.

 

19/10/2008

Syria's terrorist war on Lebanon

41QfWWpADuL__SL500_AA240_.jpgComme l'affirme l'auteur dans l'introduction, il démontre dans son ouvrage que le rôle de la Syrie dans le processus de paix israélo-arabe a consisté depuis 1974 en une guerre contre toutes les tentatives de résolution pacifique du conflit. Le régime de Assad (père, mais également fis aujourd'hui ?) n'avait nullement l'intention de faire la paix avec Israël car perpétuer le conflit au nom du nationalisme arabe légitimait le régime syrien et le maintenait en position de force. En enrayant le processus de paix (attentats à la bombe, provocations à la frontière israélienne, instrumentalisation des acteurs sur le terrain), la Syrie pouvait des lors se permettre de demeurer au Liban et s'affirmer comme un acteur politique-clé au Moyen-Orient, demeurant quoi que l'on dise, incontournable.

Dommage par contre que le titre de l'ouvrage soit très subjectif et plus ou moins racolleur. Car l'analyse de la politique arabe de la Syrie dans la période 1976 (entrée des troupes au Liban) - 2000 (retrait d'Israël du Liban) est très pertinente. Divisée en plusieurs chapitres traitant chacun de périodes spécifiques, elle explique comment Hafez el-Assad, machiavélique et brillant stratège, manoeuvrait habilement, permettant à la Syrie d'être toujours aux premières loges.

Spécialiste du Moyen-Orient et de l'Islam, Marius Deeb est professeur à l'Université John Hopkins.

Marius Deeb, Syria's terrorist war on Lebanon and the peace process, New York, Palgrave Macmilan, 2003, 285 p.

10/10/2008

Auschwitz

9782253120964.gifProducteur, scénariste, réalisateur et directeur des Programmes historiques de la BBC, Laurence Rees transpose ici en ouvrage un de ses nombreux documentaires, Auschwitz : the Nazis and the Final Solution (2005). Récit aussi instructif que poignant, ce livre est principalement basé sur le témoignagne d'anciens détenus (ceux qui survécurent...) des camps de concentration nazis. Rees revient donc sur le fonctionnement des camps, principalement le tristement célèbre Auschwitz, l'application de la solution finale (l'extermination systématique des Juifs) et les conditions de détention mais également le profil sociologique des tortionnaires SS. La plupart de ces derniers, hommes au profil banal, reconnaitront avoir appliqué ce qu'ils considéraient comme de simples ordres mais surtout comme quelque chose qui devait se faire. L'auteur reviendra également sur certains faits inédits, concordant mal avec l'univers glauque des camps, comme par exemple la présence d'un bordel à Auschwitz ou une relation d'amour éphémère entre une détenue juive et un caporal nazi. Mais Laurence Rees a voulu surtout démystifier certaines réalités : si Auschwitz fut le camp qui généra le plus de morts (plus d'un million), l'auteur rappelle, preuves à l'appui, que d'autres camps - moins ancrés dans la mémoire relative à l'Holocauste - comme Belzec, Sobibor ou Treblinka, n'engendrèrent pas autant de victimes (en chiffres) mais procédaient de même à des sélections (""qui" devait mourir") et à des exécutions systématiques. Surtout, dans ces camps-là, on exterminait à une échelle beaucoup plus intensive qu'à Auschwitz. Dans des espaces très réduits (moins de 500 m²), des milliers d'individus étaient éliminés par jour... L'auteur reviendra également sur les cas danois (où il n'y eut ni délation ni repression des Juifs) et Hongrois (le triste génocide des Juifs hongrois, sujet toujours polémique d'ailleurs quant à la réelle implication des autorités hongroises). Implacable, ce livre s'avère être un excellent rempart contre l'amnésie historique.

Laurence Rees, Auschwitz - Les nazis et la "solution finale", Le Livre de Poche, 2005, 475 p. Traduit de l'anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat.

 

350px-Stroop_Report_-_Warsaw_Ghetto_Uprising_06b.jpg

 

 

 

 

Image célèbre du Ghetto de Varsovie