compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2012-12 | Page d'accueil | 2013-02 »

28/01/2013

Classement selon les armes à feu

graduate institute of international and development studies,armes à feu,small arms survey,classement armes à feu,Etats-unis,yémen,inde,russie,allemagne,chine,pakistan,mexique,brésil,yémen,thaïlande,suisse,finlande,chypre,irak,canada,arabie saoudite,uruguay,autricheLe Graduate Institute of International and Development Studies de Genève publie un classement de la possession d'armes à feu (par pays). Le projet en question s'intitule Small Arms Survey. Il sert comme principale source internationale d'information publique sur tous les aspects des petites armes à feu et de la violence armée. Le projet, composé d'experts internatonaux en sécurité, droit international public, sciences politiques et autres disciplines, sert de référence aussi bien aux gouvernement qu'aux milieux acédémiques. Preuve que le trafic d'armes dans le monde bat son plein, l'étude montre qu'à l'échelle mondiale, 74% des armes (650 millions) sont détenues par les populations civiles, pour 23% (200 millions) pour les forces militaires et "seulement" 3% (26 millions) pour les forces de sécurité.

Au niveau de la quantité d'armes présentes sur un territoire, les Etats-Unis sont évidemment premier, en chiffre absolu comme en nombre proportionnel (habitants/armes). L'étude remonte à septembre 2011.

Classement par quantité absolue d'armes "civiles"

1.Etats-Unis 270.000.000

2.Inde 46.000.000

3.Chine 40.000.000

4.Allemagne 25.000.000

5.Pakistan 18.000.000

6.Mexique 15.500.000

7.Brésil 14.840.000

8.Russie 12.750.000

9.Yémen 11.500.000

10.Thaïlande 10.000.000

Clasemment proportionnel

1.Etats-Unis 89 armes pour 100 habitants

2.Yémen 55/100

3.Suisse 46/100

4.Finlande 45/100

5.Chypre 36/100

6.Arabie Saoudite 35/100

7.Irak 34/100

8.Uruguay 32/100

9.Canada 31/100

10.Autriche 30/100

Pour plus d'informations se reporter à l'étude disponible sur le site du Projet : 

http://www.smallarmssurvey.org/home.html

 

27/01/2013

Fringe : The End

fringe,j. j abrams,joshua jackson,anna torv,lance reddick,john noble,jasika nicole,blair brown,lostC'est terminé pour Fringe. La série de la fameuse division Fringe enquêtant sur des phénomènes étranges vient de se terminer (le 18 janvier dernier). Sorte de prolongement de la célèbre série des années 90 X-Files mais également foisonnement brillant d'innombrables thématiques (Twilight Zone, Forbidden Planet, The Outer Limits, etc) recyclées par J. J Abrams (sa marque de fabrique), créateur de la série, Fringe s'arrête donc après 5 saisons, la durée moyenne d'une série made in US. On notera que comme pour Lost (autre invention d'Abrams), la dernière saison a constitué une rupture avec la trame précédente. Mais si dans la 6ème et dernière saison de Lost, les pendules avaient été remises à l'heure (ou plutôt à zéro), traumatisant plus d'un inconditionnel de celle-ci, dans Fringe, il a été question de projection de nos héros (Peter, Olivia et Walter) dans un futur alternatif et dystopique. Déja, la saison 3 annonçait une série qui allait se renouveller en permanence, avec l'apparition d'un monde parallèle où évoluent les alter-égos de nos protagonistes. Ainsi, là où Lost s'est lamentablement embourbé, Fringe a su se réinventer. Et si les saisons des deux séries se sont rétrécies au fur et à mesure (1), Fringe a su se maintenir à 5 saisons et 100 épisodes pour 6 saisons et 121 épisodes chez Lost. L'inventif J. J Abrams a appris de son erreur. Jihad Naoufal

FRINGE

(FOX, 2008-2013 - 5 saisons - 100 épisodes)

Avec Anna Torv, Joshua Jackson, John Noble, Jasika Nicole, Blair Brown, Lance Reddick. 

 

(1) La 5ème saison de Fringe comporte 13 épisodes alors que les précédentes en comportent au minumum 20.

26/01/2013

Lincoln

abraham lincoln,peter mcrobbie,jared harris,bruce mcgill,james spader,jackie earle healy,hal holbrook,lincoln,steven spielberg,daniel day-lewis,joseph gordon-levitt,michael stuhlbarg,sally field,tommy lee jones,david strathairnDans ce qui est une sorte de suite d'Amistad (1997), le grand réalisateur américain Steven Spielberg adapte le roman de Doris Kearns Goodwin, Team of Rivals : The Political Genius of Abraham Lincoln (2005). L'histoire se situe environ 25 ans après celle de son précédent film qui porte sur le même thème. A l'époque du mandat du président démocrate Martin Van Buren (1837-1841), l'esclavage apparaissait déja comme véritable problème à résoudre. Là, il s'agit des quatre derniers mois de la vie du premier président républicain Abraham Lincoln (élu en 1861 puis réélu en 1864) qui coîncident avec son combat pour, d'une part, faire voter le 13ème amendement (abolissant l'esclavage), et d'autre part, mettre fin à la Guerre de sécession, deux objectifs a priori inconciliables selon son proche conseiller et Secrétaire d'Etat William Seward (David Strathairn). Mais c'est sans compter sur la détermination d'un président opiniatre, humaniste, grand orateur et surtout, fin stratège, qui parvient à rallier à sa cause la majorité du Congrès américain, nécessaire pour la validation de la loi qui allait mettre fin à l'esclavage. On retrouve donc le très rare et non moins brillant (le mot est faible) Daniel Day-Lewis qui habite carrément le personnage de Lincoln. L'acteur irlandais, un des rares à avoir déjà remporté deux oscars du meilleur acteur (avec Jack Nicholson, Tom Hanks et Sean Penn), vient de remporter le Golden Globe pour cette catégorie et est également nominé pour le rôle de meilleur acteur lors des prochains oscars. En cas de victoire, il serait le premier acteur à remporter 3 Oscars pour la dite catégorie. Quant au film, s'il est plus une pièce de théâtre - pas loin d'être shakespearienne - de par sa mise en scène, il demeure surtout, au delà du message humaniste et démocrate, thème de prédilection du réalisateur, une belle immersion, à coup de dialogues ciselés d'une main de maître, dans le monde des négociations politiques. Assurément l'un des meilleurs drames signés Spielberg. Jihad Naoufal

Lincoln (Steven Spielberg, USA, 2012, 150 in).   Avec Daniel Day-Lewis, Sally Field, Tommy Lee Jones, Joseph Gordon-Levitt, Michael Stuhlbarg, James Spader, David Strathairn, Jackie Earle Haley, Jared Harris, Bruce McGill, Hal Holbrook.

- 12 nominations - Oscars 2013

- Meilleur acteur dans un film dramatique (Daniel Day-Lewis) - Golden Globes 2013

- 6 nominations - Golden Globes 2013

- 10 nominations - BAFTA Awards 2013

........

25/01/2013

Savages

savages.jpgLes années se suivent et se ressemblent pour Oliver Stone. Après avoir longtemps suscité la controverse (ou la polémique) par son cinéma politique (Platoon, 86 ; Born in the 4th of July, 89; JFK, 91) ou dépeignant une amérique violente (U-turn, 97 ; Any given sunday, 99), l'ex-enfant terrible de Hollywood rentrait dans le rang. Après une sage épique moyenne (Alexander, 2004), il rendait hommage aux secouristes new-yorkais (World Trade Center, 2006), puis dépeignait un George W. Bush plutôt sympathique (W., 2008), avant d'effectuer une pseudo-satire divertissante sur le monde de la finance (Wall Street: Money Never Sleeps, 2010). Vu le titre évocateur, nous avions pensé qu'ici Stone retournait à un cinéma violent et sans concession. Mais dès les premières minutes et une voix-off franchement pathétique de la très belle Blake Lively (le genre de beauté qui hélas lui vaudra de continuer à jouer des rôles de nunuches (1)), nous avions compris qu'il ne s'agirait que d'une diverstissante récréation. L'histoire, un ménage à trois (2 gars, une femme) qui vit de ses plantations de marijuana et qui se retrouve malgré lui acoquiné à la pègre mexicaine, avait du potentiel. Le problème est que le dosage romance/violence est tout simplement raté (là ou le défunt Tony Scott excellait). L'adjonction à cela d'un scénario mal ryhtmé (ce n'est pas une série après tout) et d'un casting foireux où les acteurs secondaires (Benicio Del Toro, Salma Hayek) volent la vedette aux principaux protagonistes (Taylor Kitsch et Aaron Taylor-Johnson font peine à voir) transforme le tout en thriller superficiel. Oliver Stone entre désormais dans la catégorie des réalisateurs bien pensants tel Michael Bay ou Joel Schumacher. Jihad Naoufal

Savages (Oliver Stone, USA, 2012, 130 min).   Avec Blake Lively, Taylor Kitsch, Aaron Taylor-Johnson, Benicio Del Toro, John Travolta, Salma Hayek, Emile Hirsch.

 

(1) The Town (2010), Green Lantern (2011).

24/01/2013

Classement des think tank - 2012

Global-RANKINGS-2012-Square-e1357616929741.jpgLe Think Tanks and Civil Societies Program de l'Université de Pennsylvanie vient de publier son rapport sur les think tanks. Il en a répertorié 6603 dans le monde dont 1919 en Amérique du Nord. Parmi ceux-là, 1823 sont localisés aux Etats-Unis (dont 394 à Washington D.C). C'est encore une fois l'excellent Brookings Institution (USA) qui est classé premier au niveau mondial. Hors Etats-Unis, c'est l'anglais Chatham House (Royaume-Uni) qui est premier, suivi de Bruegel (Belgique), SIPRI (Suède) et Amnesty International (Royaume-Uni). Pour la zone Moyen-Orient/Afrique du nord, on retrouve premier celui d'un petit pays, le Liban, le Carnegie Middle East Center. Pour une étude complète des think tanks et tous les classements, se reporter au document long de 128 pages et disponible sur le site :

http://www.gotothinktank.com/2012-global-goto-tank-index-report/

Sinon voir les différents classements ci-dessous : 

 

imagesbtt.jpgClassement mondial

1.Brookings Institution (USA)

2.Chatham House (UK)

3.Carnegie Endowment for International Peace (USA)

4.Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI / Suède)

5.Center for Strategic and International Studies (CSIS / USA)

6.Council on Foreign Relations (CFR / USA)

7.Amnesty International (UK)

8.Bruegel (Belgique)

9.Rand Corporation (USA)

10.Internation Institute for Strategic Studies (IISS / UK)

 


sss.jpgClassement mondial (hors USA)

1.Chatham House (UK)

2.Bruegel (Belgique)

3.SIPRI (Suède)

4.Amnesty International (UK)

5.CASS (Chinese Academy of Social Sciences / Chine)

6.International Crisis Group (Belgique)

7.IISS (UK)

8.Center for European Policy Studies (CEPS / Belgique)

9.European Council on Foreign Relations (ECFR / UK)

10.Transparency International (Allemagne)

 

Bruegel-logo.jpgClassement Europe

1.Bruegel (Bel)

2.Chatham House (UK)

3.SIPRI (Suède)

4.International Crisis Group (Bel)

5.Amnesty International (UK)

 

qqqqqq.jpgClassement Moyen-Orient/Afrique du nord

1.Carnegie Middle East Center (Liban)

2.Gulf Research Center (Arabie Saoudite)

3.Begin Sadat Center for Strategic Studies (Israël)

4.Turkish Economic and Social Studies Foundation (TESEV / Turquie)

5.Al-Ahram Center for Political  and Strategic Studies (Egypte)

 

Nombre de think tanks par aire géographique

1.Amérique du Nord 1919

2.Europe 1836

3.Asie 1194

4.Amérique Latine/Caraïbes 721

5.Afrique 554

6.Moyen-Orient/Afrique du nord 339

7.Océanie 40

 

Nombre de think tanks par pays

1.USA 1823

2.Chine 429

3.UK 288

4.Inde 269

5.Allemagne 194

6.France 177

7.Argentine 137

8.Russie 122

9.Japon 109

10.Italie 107

 

23/01/2013

Le président

le président,georges frêche,yves jeulandCe qui suivent de près ou de loin la politique française connaissent bien Georges Frêche (1938-2010). Député PS, maire de Montpellier (1977-2004), président du conseil régional de Languedoc-Roussillon, il était connu de même pour ses nombreuses déclarations controversées. En novembre 2005, dans un contexte d'émeutes à  Clichy-sous-Bois, il se demande si ce ne sont pas "les flics, qui comme en mai 1968, mettent le feu aux bagnoles". En février 2006, il traite les Harkis de "sous-hommes". En novembre 2006, il déclare qu'il y a trop de joueurs noirs dans l'équipe de France de football. Poursuivi en justice pour ces deux affaires (diffamation contre les forces de l'ordre et insultes à caractère racial), il est relaxé. En 2010, il crée la polémique en érigeant une statue de Lénine à Montpellier. Entretemps (décembre 2009), il est taxé d'antisémite pour avoir dit de Laurent Fabius qu'"il a une tronche pas catholique". Bref... Le documentaire porte sur la dernière campagne régionale de Georges Frêche (il est réélu le 21 mars 2010), durant laquelle la caméra d'Yves Jeuland l'a accompagné un peu partout, en public comme en privé. Si Frêche est certes provocateur et populiste (même raciste sur les bords), il apparaît toutefois comme un homme attachant et surtout un véritable animal politique. Au delà de "l'immersion" dans le personnage, "Le président" est également un film passionnant sur les arcanes du pouvoir et la communication politique. Georges Frêche est décédé le 24 octobre 2010, un peu moins de deux mois avant la sortie du film. J. N

Le président (Yves Jeuland, France, 2010, 98 min).   Avec Georges Frêche, Laurent Blondiau, Frédéric Bort, Gilles Cohen-Solal.

About Cherry

about cherry,stephen elliott,heather graham,james franco,diane farr,ashley hinshawUne mère alcolique, une petite soeur malade, un copain toxico, un meilleur ami vraisemblablement amoureux d'elle, et pour clôturer, une vie miséreuse. Ca fait beaucoup pour Angelina qui décide de s'installer à San Fransisco et qui se voit propulsée dans le porno. En plus de mauvais acteurs, d'effets de caméra franchement hideux et d'un scénario (s'il en est un) complètement bancal, nous n'avons eu droit ni à un mélodrame ni à une plongée dans l'univers porno ni à une histoire d'amour et  encore moins à un hommage aux femmes qui en bavent. La seule chose à retenir est la superbe poitrine d'Ashley Hinshaw. A se demander se que fabriquent James Franco et Heather Graham dans ce navet monumental. J. N

About Cherry (Stephen Elliott, USA, 2012, 102 min).   Avec Ashley Hinshaw, James Franco, Heather Graham, Diane Farr, Dev Patel, Lili Taylor.

22/01/2013

Guerre

images.jpg"La guerre existe car rien ne l'empêche."

      Kenneth Waltz

19:00 Publié dans Citation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, kenneth waltz

21/01/2013

Heroic Age

heroic age,xebecDans un univers futuriste, le monde est régi par plusieurs tribus à la technologie ultra-avancée. Ayant quitté la galaxie, la Tribu d'Argent a légué ses dons aux autres groupes : la Tribu d'argent (des extra-terrestres), la Tribu des Héros, la Tribu de bronze (des insectoïdes géants) et la Tribu de fer (les humains). Afin d'éviter aux humains l'extinction, la princesse Deianaira part en expédition pour trouver le héros, le messie, celui qui les sauvera, le seul humain à avoir été elevé par le Tribu d'or. Sur une planète reculée, elle découvre Eiji, le seul habitant... Cette rencontre aura pour effet de générer une guerre inter-galactique de grande ampleur, pour le pire ou pour le meilleur. Dans cette fresque space opera, nous apprécierons surtout les moments de rupture contemplatifs qui hélas sont assez rares. La quasi-majorité de cette série répétitive et au scénario ultra-classique est faite de scènes de combats spectaculaires dans l'espace auxquelles est ajouté un peu de fan service (des héroïnes aux gros seins). L'appréciation dépend toutefois de ce que l'on attend. Ceux qui se contentent d'une guerre qui n'en finit pas et de ses héros (et un character design de qualité) seront ravis.  J.N.

heroic age,xebecHeroic Age

(26 épisodes de 24 minutes)

Année : 2007

Studio : Xebec

Réalisateur : Takashi Noto, Toshimasa Suzuki

Character Design : Hisashi Hirai

 

16:00 Publié dans Anime | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : heroic age, xebec

20/01/2013

Hitchcock

sacha gervasi,anthony hopkins,helen mirren,scarlett johansson,danny huston,toni collette,michael stuhlbarg,james d'arcy,jessica biel,alfred hitchcock,hitchcock,psycho,psychoseContrairement à ce que le nom du film aurait pu indiquer, ce n'est pas un biopic sur le "maître du suspense", Alfred Hitchcok (1899-1980), mais une virée dans les coulisses du tournage tumultueux de Psycho (1961), film culte et controversé du réalisateur britannique. L'histoire se focalise autour de la relation de Hitchcock (Anthony Hopkins) avec sa femme Alma (Helen Mirren) qui aura une influence grandissante sur son film (bien qu'elle n'ait jamais participé à aucun tournage), le financement improbable du projet (lâché par la Paramount), les soucis de Hitchcock avec la censure américaine (en raison de scènes de violence et de nudité), et surtout le combat d'un homme voulant prouver à tout le monde qu'il était encore au sommet de l'art. Au final, Psycho deviendra son film le plus célèbre... Outre une mise en scène et des décors soignés, nous retiendrons un film agréable et léger.  Dunia Achcar et Jihad Naoufal

Hitchcock (Sacha Gervasi, USA, 2012, 98 min)    Avec Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson, Danny Huston, Toni Collette, Michael Stuhlbarg, Jessica Biel, James D'Arcy, Michael Wincott.

 

- 1 nomination (Meilleure actrice - Helen Mirren) - Golden Globes 2013.

- 2 nominations - BAFTA Awards 2013 *

 

* Cérémonie le 10 février 2013.