free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2018

Egypte - Irak - Syrie - Yémen

800px-Flag_of_Egypt.svg.pngHormis le fait que ces quatre Etats présentent des drapeaux similaires, ils ont également en commun une histoire toute récente très mouvementée (l'adjectif est faible). Trois de ces pays arabes du Moyen-Orient ont vécu en 2011 le "Printemps arabe". Après une Première révolution (25 janvier-11 février 2011) qui mettait sur la touche le président Hosni Moubarak mais qui se terminait le 3 juillet 2013 avec le renversement de Mohamed Morsi (1), l'Egypte rentrait dans le rang avec le retour d'une présidence exercée par un homme issu de l'armée (Al-Sissi). Modifié à plusieurs reprises durant la deuxième moitié du XXème siècle, le drapeau (voir ci-contre) fut le même que celui de la Syrie entre 1958 et 1961 (les deux pays formaient à ce moment-là l'éphémère République Arabe Unie) puis entre 1972 et 1980 (les deux pays formant avec le Yémen une autre association éphémère, l'Union des Républiques arabes).

800px-Flag_of_Syria.svg.pngLe drapeau actuel date du 4 octobre 1984 (proportions 2:3) et porte au milieu de la bande blanche l'Aigle de Saladin (2) portant un écu et un bandeau portant le nom du pays en arabe. Plongée depuis 2011 dans ce qu'on peut appeler une guerre civile et régionale très complexe, la Syrie a changé de drapeau pas moins de neuf fois depuis 1920. Réadopté le 30 mars 1980, celui-ci (2ème drapeau) est le même que celui de la République Arabe Unie (voir plus haut), avec une couleur rouge légèrement éclaircie. Les deux étoiles représentent ainsi la Syrie et l'Egypte.

225px-Flag_of_Iraq.svg.pngInutile de rappeler ce que vécut l'Irak depuis 2003 : invasion américaine, guerre civile, présence de l'Etat islamique (Daech) sur une portion du territoire... Au centre de la bande du milieu (3ème drapeau, est inscrite (version courte) la shahâda, la profession de foi de l'islam dont elle constitue le premier des cinq piliers. Avec le Somaliland et l'Arabie Saoudite, l'Irak est la troisième entité politique à arborer ce symbole. Après la guerre civile (1967-1990) dont la fin marquait l'unification du Yémen, celui-ci entrait dans une nouvelle guerre locale en 2004 (Guerre du Saada).

225px-Flag_of_Yemen.svg.pngA celle-ci se conjuguait la Révolution yéménite du Printemps arabe (27 janvier 2011-25 février 2012), mouvement de contestation populaire qui s'acheva avec le départ du président de la République Ali Abdallah Saleh. En 2014, une nouvelle guerre civile éclate, opposant la rébellion chiite Houthi aux forces fidèles à l'ex-président Saleh (celui-ci est tué par les Houthis le 7 décembre 2017). En mars 2015, le conflit s'internationalisait avec l'intervention militaire d'une coalition de pays arabes menée par l'Arabie Saoudite. Seul PMA du Moyen-Orient (si l'on considère que l'Afghanistan n'est pas compris dans cette zone géographique), le Yémen vit actuellement une famine touchant 8 millions de personnes (la population totale est de 26 millions). Son parcours politico-économique récent en fait par excellence ce qu'on appelle un Etat failli, ou encore, un Etat effondré. Les couleurs du drapeau adopté le 22 mai 1990 sont, comme pour les trois autres drapeaux, les couleurs panarabes : 

- bande rouge : maison Hachémite du prophète Mohamed

- bande blanche : dynastie Omeyyade de Damas (661-750)

- bande noire : dynastie abbasside de Bagdad (750-1258) (3)

 J. N

Flag_of_the_United_Arab_Republic.svg.png

 

 

République arabe unie (1958-1961)

 

 

Flag_of_Egypt_(1972-1984).svg.png

 

 

Union des Républiques arabes (1972-1977)

 

 

(1) Président du Parti Liberté et Justice (formation politique issue des Frères musulmans), il remporte l'élection présidentielle du 14 juin 2012, devenant le premier président égyptien élu démocratiquement. Le 3 juillet 2013, il est renversé par un coup d'Etat militaire, à la suite d'un vaste mouvement de contestation populaire.

(2) Objet panarabe utilisé en héraldique comme ornement extérieur de l'écu, l'Aigle de Saladin tire son origine du vizir d'Egypte Saladin qui avait unifié le monde arabe au XIIème siècle.

(3) Le vert est également une couleur du panarabisme (représentant la dynastie Fatimide) et se trouve sur d'autres drapeaux de pays arabes comme ceux de l'Autorité palestinienne et de la Jordanie.

11/12/2014

Indice de corruption - 2014

téléchargement.jpgLa très respectée ONG allemande Transparency International a publié la semaine passée son classement annuel des pays selon l'indice de corruption. Basée à Berlin, cette organisation définit la corruption comme "l'abus d'une fonction publique à des fins d'enrichissement personnel".

Le classement 2014 comprend 175 Etats tandis que ceux de 2013 et 2012 en comportaient respectivement 177 (1) et 176 (2). Modèles de démocratie et d'Etat de droit, les pays scandinaves sont comme chaque année représentés dans le haut du classement, soit les Etats les moins corrompus. En effet, la classification est en ordre croissant et les pays sont classés selon une échelle allant de 100 (corruption extrêmement faible) à 0 (corruption extrême).

Ex-aequo avec la Finlande en 2012 et avec la Nouvelle-Zélande en 2013, le Danemark est cette fois-ci seul premier. Avec un indice de 92, il dépasse la Nouvelle-Zélande, deuxième (91). Viennent ensuite la Finlande (89), la Suède (87), et la Norvège (86). Autre pays nordique, l'Islande est 12ème (79).

Peu de changement également en bas de classement. En 2013, Somalie, Corée du Nord et Afghanistan étaient derniers ex-aequo. Cette fois-ci, les deux premiers cités sont toujours derniers (indice de 8), tandis que l'Afghanistan (172ème) "gagne une place" au profit du Soudan (173ème). Dernier pays indépendant, le Sud-Soudan est 171ème. Hormis la Corée du Nord, les deux autres Etats les plus "totalitaires", l'Erythrée et le Turkménistan, sont respectivement 166ème et 169ème.

Les Etats-Unis sont 17èmes tandis que la France est 26ème. Le pays des droits de l'homme partage cette place avec le Qatar, pays arabe le mieux représenté (viennent ensuite le Bahrain et la Jordanie, 55èmes ex-aequo). En Afrique, le Botswana est comme d'habitude le meilleur élève en la matière (31ème), suivi du Cap-Vert (42e) et des Seychelles (43e). J. N

Les 10 premiers

1.Danemark

2.Nouvelle-Zélande

3.Finlande

4.Suède

5.Norvège

 .Suisse

7.Singapour

8.Pays-Bas

9.Luxembourg

10.Canada

Les 10 derniers

175.Somalie

     .Corée du Nord

173.Soudan

172.Afghanistan

171.Sud-Soudan

170.Irak

169.Turkménistan

166.Ouzbékistan

     .Libye

     .Erythrée

Classement complet : 

http://www.transparency.org/cpi2014/results

 

(1) Voir le classement 2013 : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2013/12/03/indice-de-corruption-2013-5237095.html 

(2) 182 en 2011, 178 en 2010.

27/06/2013

Basel AML Index country risk ranking

a2f8ce602f.pngA travers son International Center for Asset Recovery (ICAR), le Basel Institute on Governance (http://www.baselgovernance.org), basé en Suisse, publie depuis avril 2012 un classement des pays selon les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme.

Le centre de recherche effectue ses estimations en se basant sur les données de plusieurs institutions, notamment la Banque Mondiale, le Forum Economique Mondial, et le Groupe d'Action Financière (GAFI). Fort logiquement, on retrouve dans les dix premiers des Etats, sinon effondrés, du moins faillis (1), comme Haïti (7ème), l'Irak (5ème), ou le Mali (8ème). Un régime dur, l'Iran, fait également partie des dix premiers (2ème). Ce classement est donc à prendre avec des pincettes, vu le probable manque d'informations concernant l'Etat islamique. Pays destructuré et toujours en guerre, l'Afghanistan est premier. Et comme blanchiment d'argent et corruption vont également de pair, il est également l'Etat le plus mal classé selon l'index de corruption, effectué par le think tank allemand Transparency International (2).

Les Etats sont classés selon une échelle de 10 (plus fort risque) à 0 (plus faible risque). Le deuxième classement a été effectué récemment. Cette édition 2013 comporte 149 Etats. Ceux qui présentent le moins de risques sont la Norvège (149e/3.17), la Slovénie (148e/3.29), l'Estonie (147e/3.31), la Finlande (146e/3.74), la Suède (145e/3.75), et la Lituanie (144e/3.81). Pour plus de détails, Cf. http://www.baselgovernance.org/gov/aml/project-details/article/the-basel-institute-on-governance-publishes-the-2013-edition-of-the-basel-aml-index/?tx_ttnews%5BbackPid%5D=335&cHash=9a48ed7538


Classement des 10 premiers Etats les plus à risque (échelle de 10 à zéro)

1.Afghanistan 8.55

2.Iran 8.48

3.Cambodge 8.35

4.Tadjikistan 8.27

5.Irak 8.19

6.Guinée-Bissau 8.17

7.Haïti 8.09

8.Mali 7.95

9.Swaziland 7.90

10.Mozambique 7.90

 

(1) Voir notre note sur les Etats faillis dans la note suivante : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2011/09/25/failed-states-index.html

(2) Voir notre sur l'Indice de corruption dans la note suivante : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2012/12/05/index-de-corruption-2012.html

28/01/2013

Classement selon les armes à feu

graduate institute of international and development studies,armes à feu,small arms survey,classement armes à feu,Etats-unis,yémen,inde,russie,allemagne,chine,pakistan,mexique,brésil,yémen,thaïlande,suisse,finlande,chypre,irak,canada,arabie saoudite,uruguay,autricheLe Graduate Institute of International and Development Studies de Genève publie un classement de la possession d'armes à feu (par pays). Le projet en question s'intitule Small Arms Survey. Il sert comme principale source internationale d'information publique sur tous les aspects des petites armes à feu et de la violence armée. Le projet, composé d'experts internatonaux en sécurité, droit international public, sciences politiques et autres disciplines, sert de référence aussi bien aux gouvernement qu'aux milieux acédémiques. Preuve que le trafic d'armes dans le monde bat son plein, l'étude montre qu'à l'échelle mondiale, 74% des armes (650 millions) sont détenues par les populations civiles, pour 23% (200 millions) pour les forces militaires et "seulement" 3% (26 millions) pour les forces de sécurité.

Au niveau de la quantité d'armes présentes sur un territoire, les Etats-Unis sont évidemment premier, en chiffre absolu comme en nombre proportionnel (habitants/armes). L'étude remonte à septembre 2011.

Classement par quantité absolue d'armes "civiles"

1.Etats-Unis 270.000.000

2.Inde 46.000.000

3.Chine 40.000.000

4.Allemagne 25.000.000

5.Pakistan 18.000.000

6.Mexique 15.500.000

7.Brésil 14.840.000

8.Russie 12.750.000

9.Yémen 11.500.000

10.Thaïlande 10.000.000

Clasemment proportionnel

1.Etats-Unis 89 armes pour 100 habitants

2.Yémen 55/100

3.Suisse 46/100

4.Finlande 45/100

5.Chypre 36/100

6.Arabie Saoudite 35/100

7.Irak 34/100

8.Uruguay 32/100

9.Canada 31/100

10.Autriche 30/100

Pour plus d'informations se reporter à l'étude disponible sur le site du Projet : 

http://www.smallarmssurvey.org/home.html

 

05/12/2012

Global Terrorism Index

Download-Global-Terrorism-Index-report.jpgPar D. A

Un nouveau classement selon les Indices (démocratie, paix, corruption, bonheur, liberté de presse) est celui du "Global Terrorism Index", autrement dit Indice de terrorisme global. Ce classement fait par l'organisation Vision of Humanity comprend pour l'année 2011 (dernier classement) 158 Etats. 

L'indice est calculé à partir de plusieurs critères, notamment les incidents violents, le nombre de morts, et le nombre de blessés. Nombreux pays sont épargnés par ces faits malheureux. C'est ainsi que 43 Etats, où en 2011 n'a eu lieu aucun incident "notoire", ont un indice de 0 et sont 116èmes ex-aequo. Le classement est bien entendu croissant.

Les 10 pays les plus touchés par le terrorisme en 2011 sont l'Irak (1er), le Pakistan (2e), l'Afghanistan (3e), l'Inde (4e), le Yémen (5e), le Nigéria (6e), la Somalie (7e), la Thaïlande (8e), la Russie (9e), et les Philippines (10e). Le premier pays européen est la Norvège (21e), touchée de plein fouet par un certain Breivik, suivie par la Grèce (26e) où les émeutes causées par la crise économique ont fait rage.

Classement complet sur le site de Vision of Humanity 

http://www.visionofhumanity.org/globalterrorismindex/#/2011/OVER/


29/12/2011

The devil's double

the devil's double,lee tamahori,dominic cooper,ludivine sagnier,raad rawi,philip quast,saddam hussein,irak,guerre en irak,oudaïAprès l'excellente mini-série House of Saddam, co-produite par HBO et BBC et retraçant l'apogée et le déclin de Saddam Hussein et son entourage (1), la ribambelle de fictions sur la guerre en Irak (2), ou encore une autre mini-série signée HBO, Generation Kill (3), place à un nouveau film sur le régime baasiste ou plus précisément l'histoire incroyable de Latif Yahia, officier de l'armée contraint par les dignitaires au pouvoir de jouer les doublures d'Oudaï, fils aîné complètement timbré de Saddam, dont il représente quasiment le sosie. Là où on s'attendait à une saga solide, style apogée puis descente aux enfers mais surtout à un accent mis sur un dédoublement de personnalité où le personnage qui joue à quelqu'un d'autre, le fait tellement bien qu'il en devient malade (comme dans The Departed de Martin Scorsese), on a eu finalement droit à un film d'action stupide, constitué de dialogues ineptes et d'acteurs ridicules. Surtout, on aura jamais vraiment vu Latif Yahia dans son rôle de doublure puisqu'il fut presque tout le temps aux côtés d'Oudaï... C'est se rappeler que Lee Tamahori avait déja pondu il y a quatre ans Next (4), un navet mémorable...

The devil's double (Lee Tamahori, USA, 2011, 118 min).   Avec Dominic Cooper, Ludivine Sagnier, Raad Rawi, Philip Quast, Mem Ferda.

 

(1) Cf. la note suivante sur cette série dans ce blog : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2010/04/06/house-o...

(2) Cf. notre article dans ce blog sur les nombreux films qui traitent de la guerre en Irak : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2010/07/25/green-z...

(3) Créée par David Simon, à l'origine également de la série culte The Wire (toujours HBO), cette série comporte 7 épisodes et fut diffusée aux Etats-Unis en juillet-août 2008.

(4) Cf. notre critique de ce film dans la note suivante : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2007/04/26/next.html

04/12/2011

Les Etats les plus corrompus - 2011

les etats les plus corrompus,transparency internationalL'ONG allemande Transparency International vient de publier son classement des Etats les plus corrompus pour l'année 2011. L'ONG allemande basée à Berlin définit la corruption comme l'abus d'une fonction publique à des fins d'enrichissement personnel.

Par rapport au classement de 2010 (1), la Somalie est toujours classé pays le plus corrompu, à la 182ème position. Il faut souligner que le classement 2011 comprend 182 Etats alors que celui de 2010 en comprenait 178. La Corée du Nord fait justement son entrée dans ce classement et se retrouve juste devant la Somalie (181e). Viennent ensuite Myanmar et l'Afghanistan (ex-aequo 180e) puis l'Ouzbékistan, le Turkménistan, et le Soudan (ex-aequo 177e). Notons que l'Irak, 175ème sur 178 l'an passé, est désormais 175ème sur 182ème, soit un très maigre progrès.

En haut du classement, soit les pays les plus cleans, La Nouvelle-Zélande est seule en tête (indice 9.4) alors qu'en 2010 trois Etats se partageaient la tête du classement, Nouvelle-Zélande, Danemark et Singapour. Danemark et Finlande sont 2èmes ex-aequo, vient ensuite la Suède (4ème) puis Singapour qui rétrograde à la 5ème place. La France et les Etats-Unis ne sont "que" 25ème et 24ème respectivement. La Chine est 75ème. On s'étonnera par ailleurs de retrouver la Syrie (129e) mieux classée que le Liban (134e) et on retrouve la Russie, où la mafia fait partie intégrante du paysage poltico-administratif, à une peu étonnante 143ème position.

Classement complet sur le site de Transparency International

http://cpi.transparency.org/cpi2011/results/


(1) Voir la note sur le classement 2010 : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2010/10/27/les-eta...

30/01/2011

Fair Game

doug liman,sean penn,naomi watts,bruce mcgill,michael kelly,valerie plame,joseph wilson,irakLes films sur la guerre en Irak sont désormais légion. Traitant indirectement ce sujet, Fair Game en fait partie et retrace l'affaire Valerie Plame. Rappel des faits : février 2002, à la demande de la CIA, Joseph Wilson, ancien ambassadeur US et époux de Valerie Plame (bossant pour la CIA) est envoyé au Niger pour enquêter sur un éventuel traffic d'uranium entre le Niger et le régime de Saddam Hussein. Les conclusions de son rapport sont négatives quant à un éventuel traffic. Nonobstant ces faits, George W. Bush défend cette théorie, lors de son discours sur l'état de l'union le 28 janvier 2003, afin de justifier l'invasion de l'Irak. A la suite de quoi, Wilson déclare le 6 juillet dans le New-York Times que l'invasion US de l'Irak s'est faite en s'appuyant sur des données falacieuses. Une semaine plus tard, l'identité de Valerie Plame est divulguée par plusieurs journalistes américains, mettant en péril sa carrière mais aussi sa vie. S'ensuivra un long combat de Valerie afin de défendre son intégrité mais surtout sauver sa carrière et sa famille. S'appuyant sur les mémoires de Plame et Wilson (2), Doug Liman, qui décidément aime bien les histoires d'espions (1) retrace ce feuilleton politique qui défraya la chronique. Sans révolutionner le genre mais avec l'énergie qu'on lui connait, le new-yorkais réalise un film solide et bien documenté, véritable plaidoyer pour la vérité et réquisitoire contre une Amérique bushiste qui décidément aura fait bien des dégâts tout azimut. Dommage toutefois que nous ayons eu droit en guise de dénouement au discours patriotique, Joseph Wilson (Sean Penn) déclarant que c'est "parce que nous aimons notre pays, les Etats-Unis, que nous nous battons pour que les libertés qu'elle met en avant soient respectées".

Fair Game (Doug Liman, USA, 2010, 106 min).    Avec Naomi Watts, Sean Penn, Bruce McGill, Michael Kelly, Brooke Smith, Tye Burrell, Geoffrey Cantor, Noah Emmerich, David Andrews.

- Présenté - Festival de Cannes 2010.

- Freedom of Expression Award - National Board of Review 2010.

- 3 nominations - Satellite Awards 2010.

 

(1) The Bourne identity (2002), Mr. & Mrs. Smith (2005).

(2) The politics of truth (Wilson) et Fair Game (Plame).