Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2008

EURO 2008 : Groupe D

grece.jpgL'Espagne qualifiée pour les quarts, le tenant grec éliminé...

La défaite ce soir de la Grèce face à la Russie (1-0), conjuguée à la victoire de l'Espagne contre la Suède (2-1) a scellé le sort des joueurs de Otto Rehhagel. Le champion en titre grec est éliminé de la compétition après avoir essuyé 2 défaites et sans avoir marqué le moindre but. Ce qui confirme que la victoire complètement innatendue il y a 4 ans lors de l'Euro 2004, s'il elle ne fut pas usurpée, fut bien un "accident". L'incapacité d'une équipe grecque limitée et en fin de cycle (à l'image de Nikopolidis qui rate complètement sa sortie sur le but russe) à passer le premier tour rappelle également la difficulté des champions en titre à défendre leur trophée 4 ans plus tard. Ce fut le cas du Danemark et de l'Allemagne, respectivement champions en 1992 et 1996 puis éliminés 4 ans plus tard lors du premier tour, mais aussi de la France, championne en 2000 puis éliminée en 2004 en quarts de finale (par la Grèce 1-0) après un premier tour laborieux.

espagne.jpgL'attaquant de Valence David Villa a offert la victoire à l'Espagne face à la Suède dans les arrêts de jeu (2-1). Ca marche fort pour Villa, auteur également d'un triplé face à la Russie lors du premier match (4-1). Mais ce qu'il faut retenir c'est que l'Espagne est qualfiée pour les quarts mais également assurée d'être première de son groupe, ce qui lui permet d'éviter de croiser les Pays-Bas (1ers du groupe C) en quarts de finale. Ces derniers affronteront soit la Suède soit la Russie qui vont en découdre jeudi prochain pour l'obtention de la seconde place. En cas de match nul, la Suède serait qualifiée puisqu'elle possède une meilleure différence de buts. La Russie est donc obligée de l'emporter pour accrocher les quarts.

 

espqgne 2.jpgSAMEDI 14 JUIN : 

Suède - Espagne 2-1 : Ibrahimovic (34e) ; Fernando Torres (15e), Villa (90e+2).

Suède : Isaksson - Stoor - Mellberg, Hansson, Nilsson - Elmander (S. Larsson, 79e), Anderson, Svensson, Ljungberg (cap.) - H. Larsson (Kallstrom, 86e), Ibrahimovic (Rosenberg, 46e).

Espagne : Casillas (cap.) - Sergio Ramos, Puyol (Albiol, 24e), Marchena, Capdevila - Iniesta (Cazorla, 59e), Xavi (Fabregas, 58e), Senna, Silva - Fernando Torres, Villa. 

 

semak.jpgGrèce - Russie 0-1 : Zyryanov (33e).

Grèce : Nikopolidis - Seitaridis (Karagounis, 40e), Dellas, Kyrgiakos, Torosidis - Katsouranis, Basinas (cap.), Patsatzoglou - Charisteas, Liberopoulos (Gekas, 60e), Amanatidis (Giannakopoulos, 79e).

Russie : Akinfeev - Anyukov, Kolodin, Ignashevitch, Zhirkov (Berezoutski, 87e) - Zyryanov, Semak (cap.), Semshov - Torbinskiy, Pavlyuchenko, Bilyaletdinov (Saenko, 70e).  

 

Classement : 1.Espagne 6 (+4) ; 2.Suède 3 (+1) ; 3.Russie 3 (-2) ; 4.Grèce 0 (-3).

14/06/2008

EURO 2008 : Groupe C

2ba9a416a046906c42882e6f6b8b54c9.jpgAprès l'Italie, les Pays-Bas cartonnent la France... 

Après la Coupe du monde 2006, Marco Van Basten disait à propos de son équipe, considérée comme un outsider mais éliminée au stade des 8èmes, "mon équipe était trop jeune mais pour l'Euro 2008, nous accepterons volontiers le statut de favroi". Pour l'instant, nous lui donnons donc raison car les Pays-Bas viennent quand même de se payer l'Italie, championne du monde en titre (3-0) et la France, vice-championne (4-1). Si le score est très lourd pour les Français, on rappelera, sans toutefois enlever leur mérite aux Bataves, qu'à 1-0 pour la Hollande, un penalty flagrant aurait du être sifflé pour la France suite à un tir de Henry repoussé par la main d'un défenseur. Mais peut-être que l'arbitre était borgne ce soir. Ainsi, comme contre l'Italie (le premier but de Van Nistelrooy était entaché d'un hors-jeu flagrant), les Pays-Bas, tout en étant très forts, bénéficient d'un arbitrage favorable. Comme leurs victoires ont quand même été éclatantes, il ne semble pas que cela sera pris pour argent comptant. Par contre, en quarts de finale et en demi-finales (s'ils se qualifient), les rencontres seront plus serrées et là les fautes d'arbitrage feront certainement couler beaucoup d'encre. On retiendra de cette rencontre le magnifique but de Sneijder, merveilleux technicien, dans les arrêts de jeu. Si celui de Robben (1 but, 1 passe décisive, après être rentré à la mi-temps) est tout aussi beau (frappe dans la lucarne d'un angle impossible), on fera remarquer que Thuram est complètement dépassé sur l'action et que Gregory Coupet se devait de boucher son angle. Paradoxalement, la France a mieux joué que contre la Roumanie (0-0) mais en a pris quatre. Si les Bleus peuvent encore se qualifier, ils ne sont par contre plus maîtres de leur destin. Car une victoire contre l'Italie (qui n'est pas gagnée), conjuguée à une victoire roumaine contre les Pays-Bas (qui sont déja sûrs d'être premiers) serait synonyme d'élimination. C'est un des scénarios possibles.

508135517.jpgCe qui est certain est que la France est obligée de gagner contre une équipe italienne qui a proposé une prestation plus proche de son standing contre la Roumanie (1-1). Dans ce match équilibré, l'attaquant roumain Adrian Mutu a raté un penalty en fin de match. Notons qu'avec 3 points (un match nul contre la Hollande), la Roumanie serait qualifiée en cas de match nul entre la France et l'Italie. Une qualification avec 3 points uniquement serait du jamais vu. Conclusion : lors du dernier match, les Pays-Bas vont faire tourner l'effectif et se balader. Les trois autres équipes lutteront jusqu'au bout. Impossible de dire qui a l'avantage. France-Italie, remake de la finale du mondial 2006 sera décisif... ou peut-être même pas.

itarou.jpgVENDREDI 13 JUIN :

Italie - Roumanie 1-1 : Panucci (56e) ; Mutu (55e).

Italie : Buffon - Zambrotta, Panucci, Chiellini, Grosso - Pirlo, De Rossi - Camoranesi (Ambrosini, 84e), Perrotta (Cassano, 57e), Del Piero (cap.) (Quagliarella, 76e) - Toni.

Roumanie : Lobont - Contra, Tamas, Goian, Rat - Petre (Nicolita, 60e), Radoi (Dica, 25e), Chivu (cap.) - Codrea, D. Niculae, Mutu (Cocis, 88e).

 

paysbas.jpgPays-Bas - France 4-1 : Kuyt (10e), Van Persie (59e), Robben (72e), Sneijder (90e+3) ; Henry (71e).

Pays-Bas : Van der Sar -  Boulahrouz, Ooijer, Mathijsen, Van Bronckhorst - De Jong, Engelaar (Robben, 46e) - Kuyt (Van Persie, 57e), Van der Vart (Bouma, 78e), Sneijder - Van Nistelrooy.

France : Coupet - Sagnol, Thuram (cap.), Gallas, Evra - Toulalan, Makelele - Govou (Anelka, 75e), Ribéry, Malouda (Gomis, 61e) - Henry.

 

Classement : 1.Pays-Bas 6 (+6) ; 2.Roumanie 2 (0) ; 3.Italie, France 1 (-3).

13/06/2008

EURO 2008 : Groupe B

croatie.jpgLa Croatie surclasse l'Allemagne et se qualifie ; les autres toujours en course.  

Première grosse surprise du tournoi, une étonnante équipe de Croatie a battu une équipe d'Allemagne méconnaissable et dépassée dans tous les compartiments de jeu. Si Podolski a marqué son 3ème but du tournoi, le milieu de terrain Bastian Schweinsteiger, entré à la 65ème minute, a été expulsé dans les arrêts de jeu après s'être fait justice lui-même suite à un tacle de Leko. Avec 6 points, la Croatie est d'ores et déja qualifiée car dans l'autre match, Autriche et Pologne ont fait match nul (1-1). Une chose est donc certaine, il n'y aura pas d'arrangement, comme lors de la Coupe du monde 1982, entre l'Autriche et l'Allemagne qui se rencontreront lors du dernier match. Car ces deux équipes jouent la quailification et la victoire. Car si l'Autriche qui n'a qu'un seul point, devra impérativement gagner, l'Allemagne, avec 3 points, ne peut se satisfaire d'un match nul car la Pologne pourrait battre une équipe croate qui sera probablement démobilisée et dont l'équipe B pourrait être alignée. Mais même avec 4 points, l'Allemagne devrait se qualifier puisqu'elle possède une différence de buts de +1 alors que celle de la Pologne est de -2. Encore faudrait-il que la Pologne batte la Croatie. En tout cas, le match Autriche-Allemagne risque d'être très chaud, une victoire des Autrichiens pourrait les qualifier et éjecter par la même occasion leurs cousins allemands hors du tournoi.

Si la Croatie finissait première de ce goupe (logiquement), elle éviterait le Portugal en quarts de finale car celui-ci va finir premier du groupe A à coup sûr. On lorgnerait donc vers un quart de finale Portugal-Allemagne, remake du match comptant pour la 3ème place lors de la Coupe du monde 2006 (victoire allemande 3-1).

57419a1ac4cd858790c70396c263d195.jpgJEUDI 12 JUIN :

Croatie - Allemagne 2-1 : Srna (24e), Olic (62e) ; Podolski (79e).

Expulsion : Schweinsteiger (90e+2).

Croatie : Pletikosa - Corluka, R. Kovac, Simunic, Pranjic - Srna (Leko, 80e), N. Kovac (cap.), Modric, Rakitic - Kranjcar (Knezevic, 85e)  - Olic (Petric, 72e).

Allemagne : Lehmann - Lahm, Metzelder, Mertesacker, Jansen (Odonkor, 46e) - Fritz (Kuranyi, 82e), Frings, Ballack (cap.), Podolski - Klose (Kuranyi, 90e+1), Gomez (Schweinsteiger, 65e).

 

Autriche - Pologne 1-1 : Vastic (90e+2) ; Guerreiro (30e).

Autriche : Macho - Garics, Prödl, Stranzl, Pogatetz - Leitgeb, Aufhauser (Säumel, 74e), Korkmaz - Ivanschitz (cap.) (Vastic, 64e) - Harnik, Linz (Kienast, 64e).

Pologne : Boruc - Wasilewski, Jop (Golanski, 46e), Bak, Zewlakow - Dudka, Lewandowski, Krzynowek - Saganowski (Lobodzinski, 82e), Guerreiro (Murawski, 84e), Smolarek.

 

Classement : 1.Croatie 6 (+2) ; 2.Allemagne 3 (+1) ; 3.Autriche 1 (-1) ; 4.Pologne 1 (-2).

12/06/2008

EURO 2008 : Groupe A

suisse.jpgLe Portugal qualifié pour les quarts, la Suisse éliminée. 

Grâce à Deco et Cristiano Ronaldo (buteurs et passeurs), le Portugal s'est logiquement imposé face à une équipe tchèque qui n'aura pas démérité. Mais ce sont les stars portugaises qui ont eu le plus d'occasions et qui ont une nouvelle fois démontré toute leur vista offensive. 5 buts en 2 matchs. Le Portugal fait déja figure d'épouvantail et est déja qualifié pour les quarts car dans l'autre rencontre, la Turquie est venue à bout de la Suisse (2-1). En première mi-temps, la pelouse complètement détrempée a avantagé des Suisses qui opéraient par jeu long, Behrami servait Hakin seul devant le but (32e). Mais en deuxième mi-temps, la pluie disparaissait et premettait aux Turcs de redévelopper leur jeu court. Sentürk égalisait de la tête (58e) puis au bout du suspense et d'une partie tendue, Turan délivrait les siens d'une frappe de 18 mètres déviée par Müller (90e+2). La Suisse est donc éliminée et cela rappelle que la Turquie avait déja éliminé en 2000 le pays hôte, la Belgique (le tournoi se déroulait en Belgique et aux Pays-Bas) lors du premier tour. Dans ce groupe, le Portugal est donc assuré de finir premier. La République Tchèque et la Turquie (3 points chacune) se rencontreront lors du dernier match et se disputeront le deuxième ticket qualificatif pour les quarts. En cas de match nul (les deux équipes possèdent le même nombre de points et la même différence de buts), il faudra recourir aux tirs aux buts. Pour la Suisse, l'esprit combatif n'a pas suffi. 

ronaldo.jpgMERCREDI 11 JUIN :

République Tchèque - Portugal 1-3 : Sionko (17e) ; Deco (8e), Cristiano Ronaldo (63e), Quaresma (90e+1).

République Tchèque : Ceh - Grygera, Ujfalusi (cap.), Rozehnal, Jankulowski - Matejovsky (Vlcek, 68e), Galasek (Koller, 73e), Polak - Sionko, Baros, Plasil (Jarolim, 85e).

Portugal : Ricardo - Bosingwa, Pepe, Carvalho, Paulo Ferreira - Deco, Petit, Simao (Quaresma, 80e) - Moutinho (Fernando Meira, 74e), Nuno Gomes (cap.) (Hugo Almeida, 79e), Cristiano Ronaldo.

 

Suisse - Turquie 1-2 : H. Yakin (32e) ; Sentürk (58e), Turan (90e+2).

Suisse : Benaglio - Lichtsteiner, Muller, Senderos, Magnin (cap.) - Berhami, Inler, Fernandes (Cabanas, 76e), Barnetta (Vonlanthen, 66e) - H. Yakin (Gygax, 86e) - Derdiyok.

Turquie : Volkan - Ham. Altintop, Asik, Cetin, Balta - Gokdeniz (Sentürk, 46e), Mehmet Aurelio, Tumer Metin (Topal, 46e), Turan - Tuncay - Nihat (Kazim-Richards, 85e).

 

Classement : 1.Portugal 6 (+4) ; 2.Turquie 3 (-1), Rép. Tchèque 3 (-1) ; 4.Suisse 0 (-2).

11/06/2008

EURO 2008 : Groupe D

7022291f23edd082d2e6c9b959187f8a.jpgLa Suède débloque le verrou grec, l'Espagne corrige la Russie 

Difficile de voir une équipe qui aura pratiqué le même football à 4 ans d'intervalle. La défense de son titre de champion d'Europe (victoire en 2004 contre le Portugal) aura duré un peu plus de 60 minutes pour la Grèce. Zlatan Ibrahimovic en avait décidé autrement et sur une remise de son compère de l'attaque, Henrik Larsson, il fusillait le gardien Nikopolidis d'une frappe sublime des 20 mètres. 5 minutes plus tard, c'est le défenseur rennais Hansson qui corsait l'addition en marquant du genon suite à un mini-cafouillage. Le catenaccio pur et dur de Otto Rehhagel n'a donc pas fonctionné cette fois-ci. La Suède peut donc se féliciter de n'avoir jamais lâché face à une équipe qui est venu pour défendre et faire la passe à 10 (d'où les sifflets permanents pendant le match) et surtout d'avoir passé l'adversaire le plus coriace du groupe. Car la Russie et l'Espagne attaqueront, c'est certain. Ces deux équipes jouaient plus tôt en soirée et le score large (4-1) en faveur de l'Espagne démontre que les Ibériques sont toujours dangereux même s'ils n'ont rien prouvé depuis belle lurette. Mais soyons réalistes, si Fernando Torres et Villa (auteur d'un magnifique hat-trick) impressionnent, il ne faut pas oublier que l'adversaire du soir leur a facilité la tâche, notamment une défense complètement à la rue. A confirmer donc pour l'Espagne. On en saura plus samedi prochain sur les 2 vainqueurs de la soirée puisqu'ils se renontreront dans ce qui sera le sommet de ce groupe. 

espagne.jpgMARDI 10 JUIN :

Espagne - Russie 4-1 : Villa (20e, 45e, 74e), Fabregas (90e+1) ; Pavlyuchenko (86e).

Espagne : Casillas (cap.) - Sergio Ramos, Puyol, Marchena, Capdevila - Iniesta (Cazorla, 63e), Senna, Xavi, Silva (Xavi Alonso, 78e) - Villa, Fernando Torres (Fabregas, 54e).

Russie : Akinfeev - Anyukov, Shirokov, Kolodin, Zhirkov - Zyryanov, Semak (cap.), Semshov (Torbinskiy, 57e) - Sychev (Bystrov, 46e, Adamov, 70e), Pavlyuchenko, Bilyaletdinov.  

 

Grèce - Suède 0-2 : Ibrahimovic (67e), Hansson (72e).

Grèce : Nikopolidis - Seitaridis, Kyrgiakos, Antzas, Dellas (Amanatidis, 70e), Torosidis - Basinas (cap.), Katsouranis - Charisteas, Gekas (Samaras, 47e), Karagounis.

Suède : Isakson - Alexandersson (Stoor, 74e), Mellberg, Hansson, Nilsson - Wilhelmsson (Rosenberg, 78e), Svensson, D. Anderson, Ljungberg - Larsson, Ibrahimovic (Elmander, 71e).

 

Classement : 1.Espagne 3 (+3) ; 2.Suède 3 (+2) ; 3.Grèce 0 (-2) ; 4.Russie 0 (-3).

10/06/2008

EURO 2008 : Groupe C

sneijder.jpgLes Pays-Bas cartonnent, la France muette 

Le champion du monde italien est tombé de très haut. L'Italie s'est faite très sévèrement corrigée par une équipe de Hollande étincellante (3-0), où les milieux créateurs Sneijder et Van der Vart ont brillé. Le premier fut à l'origine du premier but, sa frappe étant déviée par Van Nistelrooy (26e, en position flagrante de hors-jeu) dans les buts de Buffon. Sneidjer marquait ensuite le deuxième but suite à une contre-attaque d'école. Sur une remise de la tête de Kuyt, il marquait de près, délaissé dans la surface par Barzagli (31e). Dépassée au milieu, maladroite devant (à l'image de Luca Toni) et lente derrière à l'image de la charnière Materazzi-Barzagli (n'est pas Cannavaro qui veut), la squadra azurra tentait de réagir mais en vain. C'est une équipe en fin de cycle que l'on a semblé voir ce soir et dont la moyenne d'âge (record) était de 31 ans... Sur un nouveau contre, la messe était dite, Van Bronckhorst, initiateur du contre qui mena au deuxième but, marquait de la tête de près, sur un centre de Kuyt (79e).

Dans le premier match, la France, privée de Vieira et Henry blessés et en panne d'efficacité offensive, a été incapable de marquer contre une équipe de Roumanie recroquevillée en défense. Résultat : match nul et vierge. Une chose est certaine, les Pays-Bas se sont enfin surpassés dans une compétition majeure et se placent comme favoris, tout comme l'Allemagne et le Portugal. Gageons donc que les Bataves passeront le premier tour. Par contre, l'Italie et la France ne le feront peut-être pas. Car l'Italie, humiliée ce soir, va tenter un sursaut d'orgueil et lorsqu'on sait qu'elle et la France se croiseront le 17 juin pour leur dernier match de poule, on imagine qu'une des deux quittera la compétition. "Groupe de la mort" oblige. La France devra donc battre les Pays-Bas vendredi prochain.

newsmlmmd_6d29a6c05272830ee5f0239dd54109a3_881_3_1213034829461b.jpgLUNDI 09 JUIN :  

Roumanie - France 0-0

Roumanie : Lobont - Contra, Tamas, Goian, Rat - Cocis (Codrea, 63e), Radoi (Dica, 90e+3), Chivu (cap.) - Nicolita, D. Niculae, Mutu (M. Niculae, 78e).

France : Coupet - Sagnol, Thuram (cap.), Gallas, Abidal - Ribéry, Toulalan, Makelele, Malouda - Benzema (Nasri, 77e), Anelka (Gomis, 72e).

 

Pays-Bas - Italie 3-0 : Van Nistelrooy (26e), Sneijder (31e), Van Bronckhorst (79e).

Pays-Bas : Van der Sar (cap.) - Boulahrouz (Heitinga, 77e), Ooijer, Mathijsen, Van Bronckhorst - De Jong, Engelaar - Kuyt (Afellay, 81e), Van der Vart, Sneijder - Van Nistelrooy (Van Persie, 70e).

Italie : Buffon (cap.) - Panucci, Barzagli, Materazzi (Grosso, 55e), Zambrotta - Gattuso, Pirlo, Ambrosini - Camoranesi (Cassano, 74e), Toni, Di Natale (Del Piero, 64e).

 

Classement : 1.Pays-Bas 3 (+3) ; 2.France 1, Roumanie 1 ; 4.Italie 0 (-3).

09/06/2008

EURO 2008 - news

2240cb600bbddac1b778ca8f171b28ba-s.jpgBlessé aux adducteurs, l'ailier gauche des Pays-Bas, Arjen Robben sera indisponible 7 à 10 jours. Il manquera donc Pays-Bas-Italie de ce soir ainsi que Pays-Bas-France le 13 juin. Touché aux ligments du genou gauche suite à un choc avec le défenseur tchèque Grygera, le capitaine de la sélection suisse, Alexandre Frei est "out" pour le reste de la compétition. Toujours blessé, Thierry Henry ne devrait pas débuter ce soir contre la Roumanie. Karim Benzema sera vraisenblablement aligné en pointe aux cotés de Nicolas Anelka. Quant à Patrick Vieira, une décision concernant sa participation à l'Euro devrait être prise aujourd'hui.

10:00 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : euro 2008

EURO 2008 : Groupe B

3a9fbe5d93046fe523e1ea4662c82a5f.jpgL'Autriche comme la Suisse, l'Allemagne se place

Comme la Suisse hier, l'Autriche, deuxième pays hôte du tournoi, s'est incliné ce soir sur la plus petite des marques (1-0) contre la Croatie. Auteurs d'un début de match raté, les Autrichiens se font fait cueillir à froid dès la 4ème minute. Suite à une faute sur Olic dans la surface, le milieu relayeur Mordric transformait le penalty. En seconde mi-temps, l'Autriche poussait et les Croates marquaient le pas physiquement mais parvenaient tout de même à préserver l'essentiel, c'est-à-dire la victoire. La suite sera compliquée pour le pays hôte, déja en difficulté. Dans le second match, l'Allemagne, grâce à un jeu fluide et précis, s'est logiquement imposé (2-0) face à une équipe de Pologne entreprenante mais manquant trop de conviction. Le jeune attaquant d'origine polonaise Lukas Podolski (23 ans), rarement titulaire au Bayern de Munich cette saison (25 apparitions en championnat pour la stat famélique de 4 buts) et positionné ailier droit, a inscrit les 2 buts de son équipe, servi les 2 fois par son compère de l'attaque (et également d'origine polonaise) Miroslav Klose. Podolski en est à 28 buts inscrits en 48 sélections nationales. Une stat qui fait rêver. Après le Portugal samedi, l'Allemagne se place également comme favori de l'épreuve.

DIMANCHE 08 JUIN :  

Autriche - Croatie 0-1 : Modric (4e s.p).

Autriche : Macho - Standfest, Prödl, Stranzl, Pogatetz, Gercaliu (Korkmaz, 69e) - Säumel (Vastic, 61e), Aufhauser - Ivanschitz (cap.) - Harnik, Linz (Kienast, 73e).

Croatie : Pletikosa - Corluka, R. Kovac, Simunic, Pranjic - Srna, N. Kovac (cap.), Modric, Kranjcar (Knezevic, 61e) - Olic (Vukojevic, 82e), Petric (Budan, 72e).

 

4fe468739cfd7de767ae8bbd92929d5f.jpgAllemagne - Pologne 2-0 : Podolski (20e, 72e).

Allemagne : Lehmann - Lahm, Mertesacker, Metzelder, Janssen - Fritz (Schweinsteiger, 55e), Frings, Ballack (cap.), Podoloski - Klose (Kuranyi, 90e+1), Gomez (Hitlsperger, 76e).

Pologne : Boruc - Wasilewski, Zewlakow, Bak, Golanski (Saganowski, 75e) - Dudka, Lewandowski - Lobodzinski (Piczczek, 65e), Zurawski (cap.) (Guerreiro, 46e), Krzynowek - Smolarek.

 

Classement : 1.Allemagne 3 (+2) ; 2.Croatie 3 (+1) ; 3.Autriche 0 (-1) ; 4.Pologne 0 (-2).

08/06/2008

EURO 2008 : Groupe A

45736ab0f5514c05f60603f09074dfd5.jpgDébut catastrophique pour la Suisse, le Portugal déja favori 

Très mauvaise entame pour la Suisse qui s'est inclinée face à la République Tchèque (0-1) pour son match inaugural de l'Euro 2008. Gros coup dur également pour les joueurs de Koebi Kuhn puisqu'ils ont perdu leur buteur et capitaine Alexander Frei, blessé (entorse du genou) et très probablement hors course pour le reste de la compétition. Dans un match où les deux équipes ont proposé un niveau de jeu assez faible, les Tchèques ont marqué contre le cours du jeu l'unique but de la rencontre grâce à Sverkos (70e), entré en cours de jeu, et qui profitait d'un mauvais alignement de la défense adverse. Ce sera désormais très dur pour les Helvètes de passer le 1er tour, lorsqu'on sait qu'ils joueront le Portugal lors du dernier match et une Turquie revancharde (éliminée par la Suisse en barrages de Coupe du monde 2006, après 2 rencontres houleuses) mercredi. Cette même Turquie s'est inclinée face au Portugal (2-0) lors du 2ème match de la soirée. Les Portugais, auteurs d'une prestation très solide, se positionnent déja comme favoris de l'épreuve.

a3715850eb9c6e7fd02f7da2f86a8dd2-s.jpgSAMEDI 07 JUIN :

Suisse - République Tchèque 0-1 : Sverkos (70e).

Suisse : Benaglio - Lichsteiner (Vonlanthen, 75e), Muller, Senderos, Magnin - Berhami (Derdiyok, 84e), Inler, Fernandes, Barnetta - Frei (cap.) (Yakin, 46e), Streller.

République Tchèque : Ceh - Grygera, Ujfalusi (cap.), Rozehnal, Jankulovski - Polak, Galasek - Sionko (Vlcek, 83e), Jarolim (Kovac, 87e), Plasil - Koller (Sverkos, 56e).

 

Portugal - Turquie 2-0 : Pepe (61e), Raul Meireles (90e+3). 

Portugal : Ricardo - Bosingwa, Carvalho, Pepe, Paulo Ferreira - Deco (Fernando Meira, 90e), Petit, Moutinho - Cristiano Ronaldo, Nuno Gomes (cap.) (Nani, 68e), Simao (Raul Meireles, 83e).

Turquie : Volkan - H. Altintop (Sentürk, 76e), Gökhan (Asik, 55e), Cetin, Balta - Kazim-Richards, Erding (Sabri, 46e), Mehmet Aurelio, Emre, Tuncay - Nihat.

 

Classement : 1.Portugal 6 (+2) ; 2.Rép. Tchèque 3 (+1) ; 3.Suisse 0 (-1) ; 4.Turquie 0 (-2).

06/06/2008

EURO 2008 : les grands absents

4db1c89f295a7540b08108ab703a4e7f.jpgYahoo sport dressait hier une liste des grands joueurs qui vont louper l'Euro 2008, pour cause de blessure ou de non-appel de la part de leur sélectionneur. Et la première impression est qu'en effet, ça fait du beau monde. Mais contrairement à l'article, nous considérons comme grands absents uniquement les blessés car c'est là qu'on peut considérer qu'une équipe est amoindrie, c'est-à-dire lorsqu'un titulaire habituel est absent. Par contre, ceux qui n'ont pas été appelés par le sélectionneur, sont soit trop âgés, soit ne rentrent pas dans le schéma tactique, soit payent la politique de certains sélectionneurs qui désirent rajeuner l'équipe en vue de compétitions futures. Faisons quand même quelques exceptions et considérons David Trezéguet comme un grand. Certes, il ne correspond plus, semble-t-il, au schéma tactique de Raymond Domenech mais quand on marque 20 buts en 36 matchs de Série A, difficile de na pas mériter sa place en équipe de France. Citons quelques absents :

Groupe C

L'absence du défenseur et capitaine de la sélection italienne, Fabio Cannavaro (blessé gravement à la cheville à l'entraînement) est certainement le forfait le plus marquant de cet Euro. Véritable monument (116 sélections), Cannavaro va manquer aux Italiens dans un groupe très relevé. La France se passera donc de Trezeguet et Djibril Cissé. S'il a marqué 16 buts avec Marseille cette saison, Cissé n'en est pas moins un joueur inconstant dans ses performances et n'a donc pas l'envergure nécessaire pour évoluer à l'échelon national. Si Patrick Vieira venait à manquer l'Euro (une décision sera prise le 8 juin), ce serait un gros coup dur pour les Tricolores qui perdraient leur capitaine et énorme milieu récupérateur. Les Pays-Bas devront se passer de leur ailier droit Ryan Babel (30 matchs, 4 buts cette saison avec Liverpool), blessé à la cheville. Vu ses nombreux milieux offensifs talentueux (Sneijder, Van der Vaart, Robben), la sélection de Marco Van Basten n'aura peut-être pas à pâtir de cette absence. La Roumanie sera privée de son milieu titulaire Ovidiu Petre (Steaua Bucarest), blessé aux ligaments du genou alors qu'il jouait au volley sur plage (faut le faire).

Groupe A

Autre absence majeure : Tomas Rosicky. L'absence de la "gazelle", maître à jouer de la sélection tchèque va très certainement se faire sentir pour ses coéquipiers, d'autant plus que Pavel Nedved n'est plus là. Pas de blessés côté portugais. Cristiano Ronaldo et consorts seront là. Par contre Luiz Felipe Scolari a décidé de se passer des services de Maniche. Auteur d'un très bon Euro 2004 et d'une bonne Coupe du monde 2006, celui-ci n'est apparu qu'à 9 reprises depuis janvier sous les couleurs de l'Inter Milan. Il était arrivé chez les champions d'Italie au mercato d'hiver en provenance de l'Atletico Madrid.

Groupe B

L'inoxydable milieu de terrain Bernd Schneider (34 ans) va louper son premier tournoi majeur depuis 2000. Celui qui a bouclé cette année sa 9ème saison consécutive au Bayer Leverkusen, demeurait un élément essentiel de l'entre-jeu de la Mannschaft. La Croatie sera quant à elle privée de son attaquant Eduardo da Silva, en convalescence suite à sa terrible blessure survenue il y a quelques mois (double fracture tibia-péroné). Buteur prolifique, Eduardo a inscrit 10 buts lors des éliminatoires de l'Euro. Pour la saison 06-07, il avait réussi l'exploit d'en marquer 34 en 31 matchs de championnat de Croatie avec le Dinamo Zagreb. Avec Arsenal cette saison, il a inscrit 4 buts en 17 matchs de Premier League.

Groupe D

Citons un autre monument. Raul n'a pas été retenu par le sélectionneur espagnol Luis Aragones qui considère qu'il possède mieux que lui en attaque (Fernando Torres, Villa et compagnie). Pourtant les stats font peur, meilleur buteur de tous les temps en Champions League, meilleur joueur de la saison en Liga espagnole (18 buts au compteur), plus de 200 buts inscrits en Liga avec le Real... Mais ce n'est pas suffisant apparemment. Si l'Espagne venait à se planter à l'Euro, Aragones pourrait le payer très cher. La Russie sera privée de Pavel Pogrebnyak, attaquant-vedette du Zenith Saint-Pétersbourg, blessé, mais aussi de Andrey Arshvin (lui aussi grande star du Zenith), retenu dans les 23 mais suspendu pour les 2 premiers matchs de la Russie pour un carton rouge reçu en fin d'éliminatoires. Si certains grands vont louper l'Euro, un éternel (grand) revenant fait par contre son retour. Henrik Larsson (37 ans, 95 sélections nationales - 36 buts) rechausse les crampons à la demande du sélectionneur national Lars Lagerbäck, après deux arrêts de carrière internationale ! (après l'Euro 2004 puis après la Coupe du monde 2006). Evoluant actuellement à Hellsinborg (Suède), joueur exemplaire et très apprécié, Larsson devrait évoluer en attaque aux côtés de Zlatan Ibrahimovic, à moins que ne lui soit préféré Johan Elmander.

Pour les autres déchus, se reporter à l'article paru sur Yahoo Sport : http://fr.sports.yahoo.com/05062008/70/euro-2008-les-gran...