Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2014

Indice de liberté de presse - 2014

téléchargement (1).jpgPour la quatrième année consécutive, la Finlande - archétype d'un système démocratique abouti - est le pays respectant le plus la liberté de presse, d'après les critères retenus par Reporters sans Frontières. Son classement annuel comprend 180 Etats (179 l'an passé, 178 en 2012). Les Pays-Bas sont seconds et la Norvège troisième.

Les pays scandinaves (dans la définition large du terme 'Scandinavie') sont d'ailleurs tous présents dans le Top 10 qui est également inchangé par rapport à l'année passée, à la différence près que d'une part le Liechtenstein (6e) et le Danemark (7e) et que d'autre part l'Islande (8e) et la Nouvelle-Zélande (9e) échangent de place.

Liberté de presse et niveau de corruption sont tous deux des indicateurs de démocratie. Par conséquent, il est fort logique que parmi les 10 premiers, 7 Etats figurent aussi dans le TOP 10 du classement selon l'Indice de corruption, effectué par l'ONG allemande Transparency International (voir notre note à ce propos).

En bas de classement, l'Erythrée est dernière à son habitude, suivie de la Corée du Nord et du Turkménistan, 3 Etats que l'on peut qualifier sans ambiguïté de "prisons à ciel ouvert". Ce top 10 des bonnets d'âne par rapport à l'an passé, à la différence que le Laos (171e) prend la place de Cuba (170e).

La France et les Etats-Unis sont respectivement 40ème et 46ème, la Russie 148ème. Au sein du continent africain, la Namibie est première (22e), suivie du Ghana (27e). Il faut descendre jusqu'au 91ème rang pour retrouver un pays arabe, le Koweit. Vient ensuite le Liban (106e).

Au niveau progression/régression, le Panama (87e) et l'Equateur (95e) font un bon de 24 places, suivis de l'Abanie (85e) qui en gagne 16. A contrario, la République centrafricaine (109e) enregistre la pire chute (-44). Le conflit en cours n'y est certainement pas étranger. Guerre et absence de liberté sont d'ailleurs intimement liés. Le Guatemala (125e ; -30), le Mali (122e ; -23), et la Zambie (93e ; -21) suivent. Mais il faut surtout noter la forte régression des Etats-Unis, autoproclamés pays de la liberté (-14). Enfin, la Grèce (99e) marque la plus mauvaise régression en Europe (-15) tandis que la Serbie (54e) y accomplit la meilleure progression (+9).  J. N

 

Les 10 premiers

1.Finlande

2.Pays-Bas

3.Norvège

4.Luxembourg

5.Andorre

6.Liechtenstein (+1)

7.Danemark (-1)

8.Islande (+1)

9.Nouvelle-Zélande (-1)

10.Suède

Les 10 derniers

180.Erythrée (-1)

179.Corée du Nord (-1)

178.Turkménistan (-1)

177.Syrie (-1)

176.Somalie (-1)

175.Chine (-2)

174.Vietnam (-2)

173.Iran (+1)

172.Soudan (-2)

171.Laos (-3)

Classement complet

http://rsf.org/index2014/fr-index2014.php 

05/07/2014

Colombie - Equateur - Venezuela

equateur,colombie,simon bolivar,drapeau colombie,drapeau equateur,grande colombie,francisco de miranda,venezuela,drapeau venezuela,hugo chavezSi le drapeau de la Colombie (tout récent quart de finaliste surprise de la Coupe du monde de football) et de l'Equateur sont presque identiques, ce n'est pas dû au hasard (ce qui peut être le cas pour d'autres pays). Avec le Venezuela (dont le drapeau est également similaire, voir plus bas), ces deux Etats formèrent la République de Colombie (ou Grande Colombie) de 1821 à 1831. Celle-ci constitua en Amérique du sud une des premières indépendances vis-à-vis de l'Espagne et fut dirigée jusqu'à sa dissolution par l'emblématique Simon Bolivar (1783-1830). En 1830, la Grande Colombie sera scindée en trois Etats, la Colombie, l'Equateur, et le Venezuela. Faisant partie de la Colombie, le Panama sera détaché de celle-ci en 1903. On doit les trois couleurs du drapeau au général vénézuélien Francisco de Miranda (1750-1816), un des précurseurs de l'indépendance latino-américaine, et qui avait créé ce drapeau en 1801 et qui l'avait déployé à bord de son brigantin lors de l'attaque du port de Coro (Venezuela) le 12 mars 1806. Le jaune représente l'Amérique, le rouge l'Espagne, les deux séparés par l'Océan atlantique (bleu). La disposition actuelle des trois couleurs (la bande jaune faisant le double de chacune des autres bandes) est adoptée officiellement le 26 novembre 1861.

equateur,colombie,simon bolivar,drapeau colombie,drapeau equateur,grande colombie,francisco de miranda,venezuela,drapeau venezuela,hugo chavezLa signification actuelle des couleurs est la même pour la Colombie (1.141.748 km² ; 47 millions d'habitants) et l'Equateur (283.520 km² ; 15 millions d'habitants). Le jaune symbolise l'or et les richesses naturelles et le rouge le sang versé pour l'indépendance. Une petite nuance concerne toutefois le bleu. Dans le cas équatorien (adoption officielle le 26 septembre 1860), il renvoie au ciel et à l'Océan Pacifique tandis que pour la Colombie, mis à part le ciel couvrant la Patrie, il concerne aussi l'Atlantique puisque ces deux océans bordent le littoral colombien. Le drapeau de l'Equateur (deuxième drapeau) comporte également les armoiries au milieu. Les couleurs du drapeau du Venezuela ont également la même signification que celles des deux autres pays. Toutefois, il comporte trois bandes horizontales de taille égale, ainsi que 7 étoiles représentant les 7 provinces signataires de l'acte de l'indépendance de 1811 (Barcelona, Baranas, Caracas, Cumanà, Margarita, Mérida, Trujillo). Adopté pour la première fois le 14 juillet 1811, le drapeau fut modifié le 12 mars 2006 à la demande d'Hugo Chavez (1954-2013). Fut ajoutée une 8ème étoile faisant honneur à la province historique de Guyane vénézuélienne (sud-est), ayant elle aussi contribué à l'indépendance. J. N

equateur,colombie,simon bolivar,drapeau colombie,drapeau equateur,grande colombie,francisco de miranda,venezuela 

 

Venezuela

 

 

equateur,colombie,simon bolivar,drapeau colombie,drapeau equateur,grande colombie,francisco de miranda,venezuela 

 

Grande Colombie (1821-1831)

 

 

equateur,colombie,simon bolivar,drapeau colombie,drapeau equateur,grande colombie,francisco de miranda,venezuela   

 

Drapeau de Francisco de Miranda (1801)

26/06/2014

Coupe du monde : bilan Groupe E

coupe du monde 2014,coupe du monde,france,equateur,suisse,honduras(France, Equateur, Suisse, Honduras)

En concédant le nul face à l'Equateur (0-0), la France termine première de son groupe et affrontera le Nigéria en huitièmes. Large vainqueur du Honduras (3-0), la Suisse valide également son billet et sera opposée à l'Argentine.

 

coupe du monde 2014,coupe du monde,france,equateur,suisse,hondurasLa France à sa place

Dans ce groupe E, tout ou presque était connu d'avance. Favorite, la France finirait première, et le faible Honduras finirait dernier, tandis que l'Equateur et la Suisse se disputeraient la deuxième place. Leur finale eut lieu dès le premier match. Faisant largement jeu égal avec un adversaire en panne d'idées en première mi-temps, la Tri mena à la pause par l'intermédiaire d'Enner Valencia mais vit la Suisse revenir dès le repos (48e). Entré en cours de jeu, Arroya avait la balle de match au bout du pied mais se fit contrer in-extremis. Contre qui mena au but de Seferovic dans les arrêts de jeu (90e+3). S'étant tiré une balle dans le pied, l'Equateur était donc contraint de remporter ses deux matchs suivants. Comme la Suisse, il battait le Honduras (2-1), mais pas la France. Là encore, la Tri a mal géré ses moments cruciaux puisque Luis Antonio Valencia, le milieu de Manchester United, auteur d'un tacle très dangereux sur le genou de Lucas Digne, était expulsé, laissant son équipe à 10 pour les quarante dernières minutes. A dix contre onze, la mission devenait impossible, d'autant plus qu'à ce moment-là, la Suisse menait 3-0 face au Honduras, contraignant les sud-américains à gagner de deux buts d'écart (en raison d'une meilleure différence de buts).

coupe du monde 2014,coupe du monde,france,equateur,suisse,hondurasImpériale techniquement et collectivement (Didier Deschamps a fait des miracles), la France n'a laissé aucune chance au Honduras (3-0) et à la Suisse (5-2). Les Catrachos ont même fini à 10 dès la mi-temps pour un jeu un peu trop musclé. Les Tricolores terminent sur un match nul qui n'a rien de fâcheux, et ce, pour deux raisons. D'une part, le onze de départ a été chamboulé par Deschamps, et d'autre part, ce même onze fut légèrement supérieur à son adversaire et aurait pu (dû ?) l'emporter. Chanceuse contre l'Equateur et catastrophique contre la France, la Nati connaît probablement ses limites et aura fort à faire face l'Argentine de Messi. Qualifié pour sa troisième Coupe du monde, le Honduras reste égal à lui-même. En 2010, terminant également dernier de son groupe, il ne marquait aucun but mais récoltait un point (0-0 contre... la Suisse). Cette fois-ci, il n'a empoché aucun point mais a marqué un but.   J. N

Les matchs :

Suisse - Equateur 2-1 : Mehmedi (48e), Seferovic (90e+3) ; E. Valencia (22e).

France - Honduras 3-0 : Benzema (45e s.p, 72e), Valladares (48e c.s.c).

Suisse - France 2-5 : Giroud (17e), Matuidi (18e), Valbuena (40e), Benzema (67e), Sissoko (73e) ; Dzemaili (81e), Xhaka (87e).

Honduras - Equateur 1-2 : Costly (31e) ; E. Valencia (34e, 65e).

Honduras - Suisse 0-3 : Shaqiri (6e, 31e, 71e).

Equateur - France 0-0 

Classement : 

1.France 7 points (+6)

2.Suisse 6 (+1)

3.Equateur 4 (0)

4.Honduras 0 (-7)

Chiffres : 

- La France n'avait plus marqué 5 buts ou plus en Coupe du monde depuis 1958. Lors de cette édition qui s'était déroulée en Suède (victoire du Brésil), les Bleus avaient étrillé le Paraguay au premier tour (7-3) puis corrigé l'Allemagne de l'Ouest, tenante du titre, lors du match pour la 3ème place (5-2).

- Marquant le premier but de la France contre la Suisse (5-2), Olivier Giroud a par la même occasion inscrit le 100ème but français en Coupe du monde.

- La rencontre France - Honduras (3-0) fut marquée par l'absence des chants des hymnes nationaux (en raison d'un problème technique). Une première.

- Après Josef Hügi en 1954 (Autriche - Suisse 7-5), Xherdan Shaqiri est le deuxième joueur suisse de l'histoire à réaliser un triplé lors d'un match de Coupe du monde.

- La New Line Technology, assistance vidéo confirmant si le ballon aurait franchi ou pas la ligne de but, introduite pour la première fois lors de ce mondial, fut utilisée pour la première fois lors de France - Honduras pour valider le 2ème but tricolore.

- Enner Valencia, buteur prolifique de Pachuca au Mexique (18 buts en 23 matchs cette année) a inscrit les trois buts de son équipe. Rejoignant son prédécesseur Agustin Delgado (1 but en 2002, 2 en 2006), il porte le nombre de buts de l'Equateur dans sa jeune histoire en Coupe du monde (3 participations) de 7 à 10 buts. 

20/09/2007

Iles Marshall

4898669673b322c06f75f1975aed4bf2.pngLes Iles Marshall sont un Etat de Micronésie (181 km², 70.822 hab.) situé au nord de Kiribati et à l'est des Iles Carolines. Le premier explorateur à apercevoir l'archipel fut l'Espagnol Alonso de Salawar (1525). En 1788, le capitaine britannique John Marshall les traverse avec Thomas Gilbert (Cf. note sur Kiribati, catégorie Drapeau, 01/06/07). Le nom officiel des Iles leur est donné par l'amiral estonien Johann Adam von Krusenstern en 1820. Ensuite, l'Allemagne colonise l'île en 1885 puis la perd en 1920 suite à sa défaite lors de la 1ère Guerre mondiale. Théâtre de violents affrontements entre Japonais et Américains en 1944 (2ème Guerre mondiale), les Marshall passent sous tutelle US en 1947. Les USA y effectuent de nombreux essais nucléaires dont les retombées radioactives affectent la population. Jusqu'à aujourd'hui, les demandes de dédommagement se poursuivent. L'indépendance survient le 22 décembre 1990, après qu'un accord de libre-association fut signé entre Marshall et les Etats-Unis en 1979. Le sens du drapeau (adopté le 1er mai 1979) rappelle celui de Nauru. La couleur bleu représente l'Océan pacifique. L'étoile blanche symbolise la Chrétienneté et ses 24 branches représentent les 24 districts qui composent le pays, mais également la position du pays, tout près de l'Equateur. La ligne blanche représente les Iles Rathak, situées au nord de l'Equateur, et la ligne orange représente les Iles Ralik, situées au Sud de l'Equateur. Aussi, l'orange est signe de courage, et le blanc signe de paix. Les 4 branches principales de l'étoile représentent Majuro, Jaluit, Wotje et Ebeye, les 4 centres principaux de l'archipel. Ce drapeau fut dessiné par Emlain Kabua, l'épouse de l'ancien président de la République, Amata Kabua, et fut choisi parmi 50 autres propositions.

01/06/2007

Kiribati

5bb443e46b44aa90a24ed4eebbfe1a4b.pngAnciennement Iles Gilbert, Kiribati est un Etat du pacifique, formé de 3 archipels : les Iles Gilbert, les Iles Phoenix, et les Iles de la Ligne. Ses terres émergées font 811 km², mais la dispersion de ses îles s'étend sur 3.550.000 km². Elles sont découvertes par les Européens  au début du XIXème siècle (et habitées depuis deux mille ans par un peuple micronésien). Elles avaient été baptisées "Iles Gilbert" en 1820 par l'amiral Johann Adam de Krusenstern, du nom du capitaine anglais Thomas Gilbert qui les avait traversées en 1788 sans les explorer. Elles deviennent protectorat britannique en 1892 puis colonie en 1916. Comme nombreuses îles du Pacifique, elles sont occupées par le Japon durant le second conflit mondial (1941). La bataille de Tarawa (1943, débarquement américain) y met fin. Les Kiribati deviennent indépendants le 12 juillet 1979.

Ce pays se trouve à la fois sur l'Equateur, et la ligne de changement de date (Méridien 180°). Résultat : jusqu'en 2000, l'île vivait sur deux dates simultanément, ce qui n'était pas pratique pour les habitants. En 1995, les autorités avaient donc décidé de modifier de fuseau horaire les deux archipels orientaux. Kiribati fut ainsi le premier Etat à passer à l'an 2000, puis au nouveau millénaire l'année suivante. Kiribati était d'ailleur appelé "Kiribati Espace-temps" dans l'ouvrage de Benoît Antheaume, Atlas des îles et Etats du Pacifique Sud (1991, 126 p., Editeur : Publisud).

Adopté en 1979, le drapeau s'inspire des armoiries (1937) des îles Gilbert et des îles Ellices (qui se séparent en 1975 et deviennent "Tuvalu"). Ces symboles avaient été décidés par Sir Arthur Grimble, commissaire britannique des Iles Gilbert à partir de 1926. Le soleil possède 17 rayons (16 atolls dans l'archipel des îles Gilbert + Banaba, une île volcanique). Les 3 vagues identiques repésentent les 3 archipels et rappellent également que l'île est isolée au milieu de l'océan. Le soleil est présent pour rappeler qu'elle est tout près du méridien. C'est un soleil levant et couchant à la fois. La frégate symbolise la force, la liberté et la souveraineté, mais également un messager traditionnel et respecté. C'est l'oiseau emblématique des habitants de Kiribati.

 

05/05/2007

Nauru

medium_600px-Flag_of_Nauru.svg.pngNauru est le plus petit pays au monde (21 km², 13.000 hab.). C'est une île située en Micronésie. Peuplée au départ de Mélanésiens et de Micronésiens, elle est découverte par les Britanniques en 1798. En 1878, une guerre civile tribale décime un tiers de la population. Les Allemands en profitent pour annexer le territoire. La découverte du phosphate (seule ressource naturelle de l'île) attire les investisseurs étrangers, mais aussi des missionnaires qui évangélisent la population. En 1914, l'île est confisquée à l'Allemagne par les Alliés. Suite au traité de Versailles, elle est "attribuée" à l'Empire Britannique et administrée par l'Australie. En 1942, elle est occupée par le Japon, puis en 1943, bombardée par les Etats-Unis. La réddition du Japon en 1945 ramène Nauru dans le giron de l'Australie. L'indépendance est acquise en 1968. L'extraction intensive du phosphate enrichit la population. Mais le contrecoup survient au début des années 90. Les gisements sont épuisés. Crises économiques et présidents se succèdent. Blanchissement d'argent (Nauru est un paradis fiscal) et corruption sont monnaie courante. Une curiosité : il n'y a pas de cours d'eau sur l'île, l'eau est importée d'Australie et de Nouvelle-Zélande.  Le drapeau (1968) : la bande jaune au milieu représente l'Equateur traversant l'Océan pacifique. Le découpage en deux parties bleues rappelle la dualité du lieu d'origine des premiers habitants (cités plus haut). L'étoile blanche symbolise la position de l'île tout près de l'Equateur (à 42 km) - 12 branches pour 12 tribus qui formèrent la population initiale. La couleur blanche de l'étoile symbolise le phosphate.