Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2013

Indice de liberté de presse - 2013

images (2).jpgPar rapport au classement 2011-2012, il n'y a pas de changement aux niveaux des pays où la liberté de presse est le plus respectée, et des trois derniers. Comme l'an passé, ce classement comprend 179 Etats (un de plus par rapport au classement 2010).

images (1).jpgExemple de démocratie aboutie, la Finlande est classée première pour la troisième année consécutive. Cela coïncide également avec sa troisième place dans le classement effectué selon l'indice de corruption (établi par l'ONG allemande Transparency International) (1). Egalement 1ère l'an passé, la Norvège rétrograde très légèrement (3ème). Troisièmes l'an passé, les Pays-Bas remontent cette année à la seconde place. Par contre, l'Estonie, également première l'an passé, perd 8 places (11e). En quatrième et cinquième place, on retrouve respectivement le Luxembourg et Andorre.

Comme souvent, les pays nordiques - certainement les plus modernes de la planète - sont bien représentés puisque le Danemark est 6ème, l'Islande 9ème, et la Suède 10ème. Le Danemark est également 1er dans le classement décroissant de la corruption (cité plus haut).

images (3).jpgChristophe Deloire, secrétaire général de Reporters Sans Frontières [diffuseur de ce classement] affirme que ce classement "ne tient pas compte directement de la nature des régimes politiques. Néanmoins, il apparaît clairement que les démocraties protègent mieux la liberté de la production et de la diffusion des informations factuelles que les pays dans lesquels les autres droits humains sont méprisés" (2). C'est donc logiquement dans le bas du classement que l'on retrouve les régimes les plus durs. Les trois bonnets d'ânes conservent leur position de l'an passé : le Turkménistan (177e), la Corée du Nord (178e), et l'Erythrée (179e), ainsi que la Syrie (176e). L'Iran (174e) et la Chine (173e) "gagnent" une place alors que la Somalie, Etat le plus corrompu au monde, en perd onze (175e).

images.jpgProgression / Régression

Le Malawi enregistre le meilleur bond en avant en gagnant 71 places (75e). L'année passée, il s'agissait du Niger (+75). La Côte d'Ivoire post Gbagbo//Ouattara marque quand à elle une progression de 63 places (96e). Progrès également du côté de Myanmar, dus certainement à l'ouverture politique sans précédent. La Birmanie est 155ème (+18). Niveau régression, le Mali subit le contre-coup de la crise de 2012 et enregistre la pire chute (99e, - 74). La Tanzanie perd quant à elle 36 places (70e).

Par région, le Costa-Rica (18e) est premier en Amérique Latine, la Namibie l'est également pour l'Afrique, suivie du Cap-Vert (25e) et du Ghana (30e). Ces Etats se classent d'ailleurs mieux que la France (37e) et les Etats-Unis (32e). Le Koweït est le mieux représenté au Moyen-Orient, suivi du Liban (101e). J.N

 

Les 10 premiers

1.Finlande

2.Pays-Bas (+1)

3.Norvège (-2)

4.Luxembourg (+2)

5.Andorre

6.Danemark (+4)

7.Liechtenstein

8.Nouvelle-Zélande (+5)

9.Islande (-5)

10.Suède (+2)

Les 10 derniers

179.Erythrée

178.Corée du Nord

177.Turkménistan

176.Syrie

175.Somalie

174.Iran (+1)

173.Chine (+1)

172.Vietnam

171.Cuba (-4)

170.Soudan

 

(1) Voir notre note sur ce classement : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2013/12/03/indice-de-corruption-2013-5237095.html

(2) http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2013,1054.html

20/07/2013

Classement des pays selon la place de la femme

global gender gap 2012,islande,finlande,suède,norvège,danemark,philippines,nicaragua,suisse,irlande,nouvelle-zélande,liban,france,etats-unis,yémen,iran,mali,pakistan,turquie,syrie,tchad,arabie saouditeDans un rapport publié le 23 octobre 2012, le Forum économique mondial dresse un classement des Etats selon la condition de la femme. Figurent en tête du classement la Scandinavie. Le Moyen-Orient et l'Afrique sont très mal classés.

La Scandinavie très bon élève

Le rapport Global Gender Gap 2012 établit un classement de 135 pays (sur 193 membres de l'ONU) et mesure l'écart homme/femme dans quatre domaines-clés (1)

1.La participation économique et les opportunités de travail (salaires, place des femmes dans le marché du travail...etc.).

2.Le niveau d'éducation et de scolarité (taux d'alphabétisation des femmes et niveau d'études)

3.La santé et la durée de vie (comparaison de l'espérance de vie hommes/femmes).

4.L'autonomisation politique (nombre de femmes occupant des fonctions politiques et nombre de femmes chefs d'Etat depuis cinquante ans).

Pour ces quatre critères, une note comprise entre 0 et 10 est attribuée, ensuite une moyenne est effectuée. C'est sans surprise que figurent en tête de classement les pays scandinaves dont l'évolution sociale n'est plus à prouver et sert de référence lorsqu'on compare à d'autres pays. Dans nos nombreux classements publiés dans cette catégorie, ces Etats sont d'ailleurs premiers au niveau de la liberté de presse (2), de l'indice de corruption (3), de l'indice de démocratie (4), et mis à part la Finlande, les autres autorisent le mariage gay (5).

L'Islande est première (0.864), suivie de la Finlande (2e/0.8451), la Norvège (3e/0.8403), et la Suède (0.81509). Ces quatre Etats présentent donc un score supérieur à 0.8. Le Danemark est 7ème (0.777). Se classent avant lui l'Irlande (5e/0.7839) et la Nouvelle-Zélande (6e/0.7805).

Viennent ensuite deux Etats non-européeens, le Philippines (8e) et le Nicaragua (9e), suivis de la Suisse (10e).

Pays autoproclamé le plus libre au monde, les Etats-Unis ne sont que 22ème, alors que la France, pays des droits de l'homme, se situe à une peu glorieuse 57ème place...

Conservatisme et place de la femme sont bien entendu intimement liés. Le bas du classement, clôturé par le Yémen (135e) est représenté par le Moyen-Orient (dans son acception grande) et l'Afrique : 

Jordanie (121)

Liban (122)

Népal (123)

Turquie (124)

Oman (125)

Egypte (126)

Iran (127)

Mali (128)

Maroc (129)

Côte d'Ivoire (130)

Arabie Saoudite (131)

Syrie (132)

Tchad (133)

Pakistan (134)

Yémen (135)

Classement complet : 

http://www3.weforum.org/docs/WEF_GenderGap_Report_2012.pdf


J.N


(1) Cf. "Les pays où il fait bon vivre quand on est une femme..."

http://www.jolpress.com/classement-pays-ou-il-fait-bon-vivre-femmes-pays-scandinaves-sante-travail-education-article-814442.html

(2) Cf. notre note sur ce classement : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2012/11/04/indice-de-liberte-de-presse-2011-2012.html

(3) Cf. notre note sur ce classement : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2012/12/05/index-de-corruption-2012.html

(4) Cf. notre note sur ce classement : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2012/02/03/democracy-index-2011.html

(5) Cf. notre note sur les pays autorisant le mariage gay : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2013/07/18/liste-des-pays-autorisant-le-mariage-gay-5124106.html

24/01/2013

Classement des think tank - 2012

Global-RANKINGS-2012-Square-e1357616929741.jpgLe Think Tanks and Civil Societies Program de l'Université de Pennsylvanie vient de publier son rapport sur les think tanks. Il en a répertorié 6603 dans le monde dont 1919 en Amérique du Nord. Parmi ceux-là, 1823 sont localisés aux Etats-Unis (dont 394 à Washington D.C). C'est encore une fois l'excellent Brookings Institution (USA) qui est classé premier au niveau mondial. Hors Etats-Unis, c'est l'anglais Chatham House (Royaume-Uni) qui est premier, suivi de Bruegel (Belgique), SIPRI (Suède) et Amnesty International (Royaume-Uni). Pour la zone Moyen-Orient/Afrique du nord, on retrouve premier celui d'un petit pays, le Liban, le Carnegie Middle East Center. Pour une étude complète des think tanks et tous les classements, se reporter au document long de 128 pages et disponible sur le site :

http://www.gotothinktank.com/2012-global-goto-tank-index-report/

Sinon voir les différents classements ci-dessous : 

 

imagesbtt.jpgClassement mondial

1.Brookings Institution (USA)

2.Chatham House (UK)

3.Carnegie Endowment for International Peace (USA)

4.Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI / Suède)

5.Center for Strategic and International Studies (CSIS / USA)

6.Council on Foreign Relations (CFR / USA)

7.Amnesty International (UK)

8.Bruegel (Belgique)

9.Rand Corporation (USA)

10.Internation Institute for Strategic Studies (IISS / UK)

 


sss.jpgClassement mondial (hors USA)

1.Chatham House (UK)

2.Bruegel (Belgique)

3.SIPRI (Suède)

4.Amnesty International (UK)

5.CASS (Chinese Academy of Social Sciences / Chine)

6.International Crisis Group (Belgique)

7.IISS (UK)

8.Center for European Policy Studies (CEPS / Belgique)

9.European Council on Foreign Relations (ECFR / UK)

10.Transparency International (Allemagne)

 

Bruegel-logo.jpgClassement Europe

1.Bruegel (Bel)

2.Chatham House (UK)

3.SIPRI (Suède)

4.International Crisis Group (Bel)

5.Amnesty International (UK)

 

qqqqqq.jpgClassement Moyen-Orient/Afrique du nord

1.Carnegie Middle East Center (Liban)

2.Gulf Research Center (Arabie Saoudite)

3.Begin Sadat Center for Strategic Studies (Israël)

4.Turkish Economic and Social Studies Foundation (TESEV / Turquie)

5.Al-Ahram Center for Political  and Strategic Studies (Egypte)

 

Nombre de think tanks par aire géographique

1.Amérique du Nord 1919

2.Europe 1836

3.Asie 1194

4.Amérique Latine/Caraïbes 721

5.Afrique 554

6.Moyen-Orient/Afrique du nord 339

7.Océanie 40

 

Nombre de think tanks par pays

1.USA 1823

2.Chine 429

3.UK 288

4.Inde 269

5.Allemagne 194

6.France 177

7.Argentine 137

8.Russie 122

9.Japon 109

10.Italie 107

 

04/11/2012

Indice de la liberté de la presse 2011-2012

indice de liberté de presse 2011-2012,reporters sans frontières,indice de liberté de presse

Par Jihad Naoufal

Par rapport au dernier classement (2010), la liste des pays par Indice de liberté de presse, émise par Reporters sans frontières, n'a pas beaucoup évolué concernant le haut du classement pour 2011-2012. La dernière fois, 6 pays partageaient la première place (Finlande, Islande, Norvège, Pays-Bas, Suède, Suisse), parmi lesquels demeurent premiers ex-aequo la Finlande et la Norvège. Suivent troisièmes ex-aequo l'Estonie (qui gagne 6 places) et les Pays-Bas. L'Autriche est 5ème.

En bas de classement, les mêmes Etats sont toujours les trois bonnets d'âne, le Turkménistan (177e, le pays le plus isolationiste au monde), la Corée du Nord (178e, le "dernier Etat totalitaire" selon l'académicien Pascal Boniface), et l'Erythrée (179e). A noter que le classement 2010 comptait 178 Etats alors que celui-ci en comprend 179.

indice de liberté de presse 2011-2012,reporters sans frontières,indice de liberté de presse2011 : année charnière ?

Printemps arabe oblige, le classement évolue sensiblement au niveau des Etats arabes. Mais ces évolutions sont très contrastées. Si la Tunisie gagne 30 places (134e), l'Egypte en perd 39 (166e), alors que le Bahreïn, où le soulèvement populaire chiite a accouché d'une souris, perde 29 places (173e). Le Yémen, où la violence persiste entre fidèles à Ali Saleh et opposants, stage à la 171ème place (170ème en 2010). Idem bien entendu pour la Syrie de Bachar el Assad qui perd 6 places (176e) alors que le débordement de la crise syrienne au Liban fait perd à ce petit Etat 15 places (93e).

indice de liberté de presse 2011-2012,reporters sans frontières,indice de liberté de presseL'Europe aussi

Les atteintes à la liberté de presse ne concernent pas uniquement le monde arabe et l'Orient. Le Belarus, seul régime autocratique d'Europe, perd 14 places (148), alors que la Turquie, qui a pourtant engagé des réformes démocratiques au début des années 2000, perd 10 places en raisons d'arrestations de grande ampleur de journalistes présumément liés soit au procès contre les militaires (Ergenekon, Balyoz) soit à la rébellion kurde. Si les pays scandinaves conservent leur bon comportement, des pays comme la Grèce (70e), la Bulgarie (80e), et l'Italie (61e), n'évoluent toujours pas en la matière. La France affiche quelques progès en gagnant 6 places (38e).

indice de liberté de presse 2011-2012,reporters sans frontières,indice de liberté de presseDémocraties / régimes durs

Fort logiquement, les régimes autoritaires stagnent également. La Chine (174e ; - 3 places) et l'Iran (175e) se suivent alors que l'Ouganda du président Museveni affiche la plus grande regression (139e ; - 53 places). Toutefois, les régimes "démocratiques" peuvent également etre touchés. Les Etats-Unis perdent 27 places (47e) en raison des arrestations de journalistes couvrant le mouvement de contestation Occupy Wall Street alors que le Brésil en perd 41 (99e) en raison d'une insécurité élevée. Le Chili perd également 47 places (80e) en raison des atteintes à la liberté d'informer dans le cadre des manifestations estudiantines.

Meilleure progression

C'est un des pays les plus pauvres au monde, le Niger, qui affiche la plus progression, en gagnant 75 places et en se positionnant à une probante 29ème place. L'Afrique possède d'ailleurs deux Etats dans les 20 premiers du classement, le Cap-Vert (9e) et la Namibie (20e). Enfin, un autre Etat africain, le Sud-Soudan, est 111ème, ce qui est pas mal pour un pays indépendant depuis un an et demi.

Classement complet

http://fr.rsf.org/spip.php?page=classement&id_rubrique=1043

Classement 2010

http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2010,1034.html

18/03/2012

Festival du Film turc à Beyrouth

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unal,cirkus columbia,dannis tanovicDu 5 au 11 mars, s'est tenu à Beyrouth (Liban) le deuxième festival de films turcs (après celui de 2011). Nous avons eu le privilège d'en voir quelques uns. Fort logiquement, était diffusé en avant-première (puis une seconde fois), le bijou de Nuri Bilge Ceylan, Il était une fois en Anatolie (Bir zamanlar Anadolu'da, 2011), que l'on recommande vivement. Densité narrative hallucinante, personnages complexes et fouillés, mise en scène somptueuse pour un long de 02h30... Le réalisateur d'Uzak (2004) (1) et de Trois singes (2008) (2) a été récompensé du Grand prix du Jury (et fut également en compétition pour la Palme d'or) au dernier Festival de Cannes.

 

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unalNous avons beaucoup apprécié de même Shadows and faces (Gölgeler ve suretler, 2010) de Dervis Zaim, dont l'acteur principal (Osman Alkas) était présent pour un débat autour du film. L'histoire tourne autour des prémisses du conflit chypriote (l'île est toujours divisée en deux souverainetés, chypre et turque, et le conflit n'est toujours pas résolu). Sans parti pris et plutôt que de retracer les jalonenments politiques qui menèrent à la partition de l'île, le réalisateur s'est focalisé sur le quotidien des civils. Alors que les habitants vivent dans une harmonie relative (les villages sont mixtes), il suffit que les politiques et militaires les manipulent pour que les premiers soubresauts d'une guerre civile apparaissent. Zaim a brillament montré qu'il suffise que quelques abrutis, sans trop réfléchir, soient épris d'une soudaine animosité pour leurs voisins, pour que la violence se propage, prélude à un engrenage irréversible (3). Un film précieux.

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unal,cirkus columbia,dannis tanovicMajority (Çoğunluk) de Seren Yüce est aussi une belle surprise. Primé à la Mostra de Venise en 2010 (Prix Luigi de Laurentiis pour le réalisateur) et lauréat de nombreux prix (Festivals d'Ankara d'Antalya et d'Angers), ce film retrace le quotidien de Mertkan, jeune homme oisif, fils d'un grand entrepreneur. Rencontrant une charmante kurde, Mertkan a l'occasion de sortir du schéma classique turc. Mais le père, nationaliste et islamisant, est intransigeant car "ces gens veulent diviser notre pays et nous sommes tous turcs et musulmans". Mertkan est invité à rentrer dans le rang et rejoindre la "majorité". Pour ceux qui ne connaissent pas, un portrait de cette couche sociale turque, libérale sur le plan économique, conservatrice au niveau des moeurs, et nationaliste (constituant donc le vote AKP).

 

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unal,cirkus columbia,dannis tanovicUn peu trop lent et contemplatif, Hair de Tayfun Pirselimoğlu (Şaç, 2010), se concentre pour sa part sur les Turcs qui galèrent, soit la basse-moyenne classe et le quotidien miséreux d'un vendeur de perruques, bizarrement attirée par une femme au quotidien de vie encore plus insipide. Tourné en huis clos et à la frontière entre le réel et le surnaturel, l'étonnant Pomegranate (Nar, Umit Unal, 2011) est une confrontation entre la modernité et la tradition, sujets qui travaillent constamment la société turque. Quant à Zephyr (Belma Bas, 2010), c'est une belle ode à l'enfance et à la nature.

Le festival comprenait par ailleurs un mini-cycle Fatih Akin (le réalisateur turco-allemand qu'on ne présente plus) avec 3 films et un documentaire (4). Onze films au total pour un excellent aperçu sur le cinéma turc indépendant et la société turque.

Jihad Naoufal

 

(1) Prix du meilleur film étranger de l'année au Festival de Cannes 2004 ainsi qu'une rimbambelle d'autres récompenses.

(2) Grand Prix au Festival de Cannes 2008.

(3) Sur le thème de la guerre en Bosnie, Cirkus Columbia de Dannis Tanovis présente la même structure. Cf. la note sur ce film : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2010/10/10/cirkus-columbia.html

(4) In july (2000), Solino (2002), Head-On (2004), Crossing the bridge (2005).


03/02/2012

Democracy Index 2011

democracy index 2011,democracy indexLe Economist Intelligence Unit, un centre de recherche dépendant du journal économique The Economist, émet une liste des pays les plus démocratiques. Nous avions vu dans nos notes précédentes qu'il y avait de même une liste relative à l'Indice de corruption (émise par Transparency International) et une liste relative à la liberté de presse (émise par Reporters sans frontières). EIU classe les Etats en 3 catégories, les démocraties complètes (Indice de 8 à 10), les démocraties incomplètes (Indice de 6 à 8), les régimes hybrides (Indice de 4 à 6) et les régimes autoritaires (Indice inférieur à 4). Les critères sont le processus et le pluralisme politiques, le fonctionnement du gouvernement, les libertés civiques, la participation et la culture politiques.

Par rapport au classement 2008 (la première liste remonte à 2006), pas de changement concernant les 5 pays les moins démocratiques, qui sont la Corée du Nord (167ème et dernier), le Tchad (166), le Turkménistan (165), l'Ouzbékistan (164) et Myanmar (161) (1). L'ouverture démocratique récente opérée dans ce dernier (relachement d'opposants politiques emprisonnés, ouverture de la scène politique au pluralisme) pourrait modifier son classement dans les années à venir.

Chamboulement par contre en tête du classement. La Norvège pique la première place à la Suède qui passe 4ème. L'Islande (2) et le Danemark (3) gagnent respectivement 1 et 2 places tandis que la Nouvelle-Zélande est 5ème. A noter que les Pays-Bas passent de la 4ème à la 10ème place. Les Etats-Unis perdent également 1 place (19) et la France 5 (29). Cette dernière est devancée par l'Afrique du Sud (28), meilleur classé pour le continent africain. La Tunisie est première pour les pays arabes (92), suivie du Liban (94).   

La liste ne comprend pas toutes les entités souverraines. N'entrent pas dans ce classement la Somalie, Andorre, les Bahamas, la Barbade, le Bélize, le Brunei, la Dominique, la Grenade, les Maldives, les Iles Marshall, Nauru, Vanuatu, Palau, les Samoa, les Seychelles, Sao Tomé et Principe, Tonga, Saint-Marin, Tuvalu, les Iles Salomon, et le Sud-Soudan (l'indépendance récente de ce dernier explique son absence de la liste). Des entités souveraines mais non reconnues par l'ensemble de la communauté internationale ne figurent également pas dans son classement (Kosovo, Abkhazie, Transnistrie, Ossétie du Sud, Chypre du Nord...etc.).

Site du Economist Intelligence Unit

http://www.eiu.com/public/topical_report.aspx?campaignid=DemocracyIndex2011


(1) Myanmar, l'Arabie Saoudite, et la Guinée Equatoriale sont 161èmes ex-aequo.

04/12/2011

Les Etats les plus corrompus - 2011

les etats les plus corrompus,transparency internationalL'ONG allemande Transparency International vient de publier son classement des Etats les plus corrompus pour l'année 2011. L'ONG allemande basée à Berlin définit la corruption comme l'abus d'une fonction publique à des fins d'enrichissement personnel.

Par rapport au classement de 2010 (1), la Somalie est toujours classé pays le plus corrompu, à la 182ème position. Il faut souligner que le classement 2011 comprend 182 Etats alors que celui de 2010 en comprenait 178. La Corée du Nord fait justement son entrée dans ce classement et se retrouve juste devant la Somalie (181e). Viennent ensuite Myanmar et l'Afghanistan (ex-aequo 180e) puis l'Ouzbékistan, le Turkménistan, et le Soudan (ex-aequo 177e). Notons que l'Irak, 175ème sur 178 l'an passé, est désormais 175ème sur 182ème, soit un très maigre progrès.

En haut du classement, soit les pays les plus cleans, La Nouvelle-Zélande est seule en tête (indice 9.4) alors qu'en 2010 trois Etats se partageaient la tête du classement, Nouvelle-Zélande, Danemark et Singapour. Danemark et Finlande sont 2èmes ex-aequo, vient ensuite la Suède (4ème) puis Singapour qui rétrograde à la 5ème place. La France et les Etats-Unis ne sont "que" 25ème et 24ème respectivement. La Chine est 75ème. On s'étonnera par ailleurs de retrouver la Syrie (129e) mieux classée que le Liban (134e) et on retrouve la Russie, où la mafia fait partie intégrante du paysage poltico-administratif, à une peu étonnante 143ème position.

Classement complet sur le site de Transparency International

http://cpi.transparency.org/cpi2011/results/


(1) Voir la note sur le classement 2010 : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2010/10/27/les-eta...

06/11/2010

Global Peace Index

800px-GPI-world-map-2008.pngLe Institute For Economics and Peace (un institut de recherche australien, à but non-lucratif) publie depuis 2007 une liste appelée "Global Peace Index", un classement qui mesure la position des nations et régions du monde envers le pacifisme. Les critères sont très nombreux évidemment (1). Cette liste comprend 149 Etats en 2010.

On retrouve sans surprise la Nouvelle-Zélande en tête de liste. Ce pays est également premier de la liste 2010 des pays les moins corrompus. L'Islande est 2ème (1er au classement 2010 de la liberté de presse et 3ème au classement des pays les plus démocratiques). Viennent ensuite le Japon (3e), l'Autriche (4e), la Norvège (5e) et l'Irlande (6e). Le Danemark et le Luxembourg sont 7èmes ex-aequo.

C'est sans surprise également que l'Irak, Etat en proie au chaos total, ferme ce classement (149e). D'autres Etats en guerre ou jalonnés régulièrement de violence et instabilité politique suivent : Somalie (148e), Bangladesh (147e), Soudan (146e), Pakistan (145e). Israël n'est pas en reste. L'Etat hébreu, qui guerroie régulièrement depuis 60 ans contre ses voisins, est 144ème. Ses voisins arabes ne sont pas mieux lotis, le Liban est 134ème et la Syrie 115ème. On retrouve de même la Russie, un Etat qui a bien du mal à se démocratiser, à la 144ème position tandis que la Géorgie en proie aux séparatismes (Abkhazie, Ossétie du Nord, Adjarie) et que ce même Etat russe avait envahi en 2008, est 143ème. 

Les Etats-Unis, première puissance militaire, sont 85èmes. La France est 32ème, l'Inde 128ème, le Brésil 8ème (on se demande pourquoi), Myanmar 132ème et la Corée du Nord 139ème (pas étonnant) . La Chine n'est pas incluse dans cette étude.

Liste complète : http://www.visionofhumanity.org/gpi-data/#/2010/scor

 

(1) Instabilité politique, nombre de guerres survenues sur le territoire en question (et nombre de décès engendrés), relations avec les pays voisins, taux d'homicide, nombre de personnes en prison, import et export d'armes, respect des droits de l'homme, nombre d'officiers de police...etc. 

03/11/2010

Democracy Index

800px-Democracyindex2.pngLe Economist Intelligence Unit, un centre de recherche dépendant du journal économique The Economist, émet une liste des pays les plus démocratiques. Nous avions vu dans nos notes précédentes qu'il y avait de même une liste relative à l'Indice de corruption (émise par Transparency International) et une liste relative à la liberté de presse (émise par Reporters sans frontières). EIU classe les Etats en 3 catégories, les démocraties complètes (Indice de 8 à 10), les démocraties incomplètes (Indice de 6 à 8), les régimes hybrides (Indice de 4 à 6) et les régimes autoritaires (Indice inférieur à 4). Les critères sont le processus et le pluralisme politiques, le fonctionnement du gouvernement, les libertés civiques, la participation et la culture politiques.

Le 2ème classement effectué jusqu'à présent remonte à 2008 (après celui de 2006), il comprend 167 Etats. C'est sans surprise que la Corée du Nord se retrouve en dernière position (indice 0.52), après le Tchad, le Turkménistan, l'Ouzbékistan et Myanmar. Le pays le plus démocratique est la Suède avec un indice de 9.88, qui devance la Norvège (2e), l'Islande (3e), les Pays-Bas (4e) et le Danemark (5e).

Les Etats-Unis ne sont que 18èmes tandis que la France n'est que 24ème (elle est devancée par la Grèce...). Par groupement régional, l'Afrique du Sud est 1ère en Afrique (31e), l'Uruguay est premier pour l'Amérique latine (23e) et le Japon l'est de même pour l'Asie orientale (17e). Le Liban est le pays arabe le plus démocratique (89e). On retrouve bizarrement la Chine à la 33ème position alors qu'elle est mal classée dans les deux autres classements cités plus hauts...

Par répartition de types de régimes, les démocraties complètes ne représentent que 30 des 167 pays du classement, soit 18% équivalent à 14.4% de la population mondiale tandis que les démocraties incomplètes représentent 50 pays, soit 35.5% de la population mondiale. Les régimes totalitaires sont 51, ils représentent 34.9% de la population mondiale. C'est un peu trop.

Le classement complet : 

http://graphics.eiu.com/PDF/Democracy%20Index%202008.pdf

31/10/2010

Indice de liberté de presse 2010

moton285.gifReporters sans frontières émet chaque année un classement des pays selon leur respect (ou pas) de la liberté de presse. Cette classification se fait selon des critères précis qui sont les suivants : violences physiques envers les journalistes ; nombre de journalistes agressés, assassinés, emprisonnés, menacés (avec responsabilité de l'Etat dans ces actes) ; accès à l'information ; censure ou autocensure ; pressions administratives, judiciaires et économiques ; Internet. Avec un indice de 0,00, la Finlande, l'Islande, la Norvège, la Suisse, les Pays-Bas et la Suède sont les Etats qui respectent le plus la liberté de presse. Viennent ensuite l'Autriche (8ème) et la Nouvelle-Zélande (9ème).

En bas de classement, l’Érythrée ferme la marche (178ème, indice 37), après la Corée du Nord (177e), le Turkménistan (176e), l'Iran (175e) et Myanmar (174e) et la Syrie (173e). Les Etats-Unis ne sont que 20ème (pas génial pour le prétendu pays de la liberté) et la France n'est que...  44ème (on croit rêver). En bas de classement, la Chine est 171ème (normal, c'est un Etat communiste..).

RSF fait remarquer que la situation au sein de l'Union européenne est très contrastée. Si on trouve 13 pays de l'UE dans les 20 premiers du classement, on retrouve de même de bien mauvaises postures pour certains : Italie (49e), Roumanie (52e), Grèce (70e).

Par groupement régional, la Namibie est 1ère pour l'Afrique (22ème, ex-aequo avec le Canada) et le Liban est 1er pour le Moyen-Orient (78ème). Mention spéciale pour cet Etat qui avait connu il y a quelques années une vague d'assassinats violents de journalistes dans un climat d'instabilité politique.

Plus un Etat est démocratique et plus la corruption sera faible et la liberté de presse élevée. C'est donc sans surprise que si l'on regarde le classement d'après l'Indice de corruption (note postée précédemment), on retrouve Myanmar et le Turkménistan en toute fin de classement. La même logique fonctionne pour les Etats du haut du classement (Suède, Finlande, Suisse...).

Classement complet sur le site de RSF : 

http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2010,1034.html